Austin Mini British Open - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

C’est grâce à Tasty Cars que mon amour pour les Austin Mini a débuté et plus particulièrement pour cette série British Open que j’ai eu la chance d’essayer.

Tasty Cars, c’est quoi ? C’est un concept store créé par un ami passionné d’automobile. Situé à Saint-Maur-des-Fossés, il partage sa passion et ses conseils dans ce qui pourrait ressembler à une véritable garçonnière. Mais je ne vous en dis pas plus, j’aurai l’occasion plus tard d’y revenir…

Austin Mini British Open - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

La Mini, la vraie, tout le monde la connaît. Que vous vous promeniez où que ce soit, il y aura toujours une Mini à proximité. Véritable succès automobile, elle a été conçue et fabriquée près de Birmingham à la fin des années 1950. L’objectif était de concevoir une nouvelle voiture économique pour pallier à la crise du Canal de Suez et son rationnement en pétrole. Elle fut vendue sous plusieurs marques comme Austin, Morris, Rover ou encore Innoncenti pour le marché italien. Ce n’est qu’en 2001, après le rachat par BMW, que cette célèbre voiture porte le nom de Mini avec les véhicules modernes que nous connaissons désormais. Voilà, vous savez à peu près tout sur l’histoire de la Mini !

La Mini s’est forgée une réputation solide mais surtout un design indémodable. Malgré les années, elle a su rester à la mode et deviendrait presque un accessoire automobile. Avoir une Mini dans son garage devrait être une obligation pour tout passionné d’automobiles. Raison pour laquelle, durant le confinement, je me suis mis à en chercher. Mes projets ayant évolués depuis, j’ai tout de même pu admirer et essayer celle de Charles.

Elle a une bouille qui vous ferait même craquer Greta Thunberg. Cette version “British Open Classic” reçoit une teinte British Racing Green, un vert anglais qui lui va à merveille. Les rétroviseurs sont peints couleur carrosserie. Elle se pare de stickers dorés sur les ailes et la malle arrière. Les pare-chocs et les poignées de portes sont chromés. Ce n’est pas le cas des élargisseurs d’ailes qui sont en plastiques noirs.

Pour finir de vous charmer, elle dispose d’un toit ouvrant, d’une sortie d’échappement centrale et de magnifiques jantes Minilite de 12 pouces. Ce n’est pas compliqué, je veux la même !

Je m’étais toujours posé la question de ce que à quoi pouvait ressembler l’intérieur d’une Mini. Et bien, il vaut le détour ! C’est une ambiance totalement cosy que je découvre. Etre à son volant, c’est comme faire un bon en Angleterre. Face à vous, on trouve un volant à trois branches en bois de toute beauté. Sa particularité est qu’il est légèrement décentré, ce qui peut surprendre aux premiers tours de roues.

Oubliez les intérieurs unis de bon nombre de constructeurs de notre époque, celui-ci est totalement atypique. J’adore le confort des sièges recouverts d’une sellerie velours couleur fauve. Les panneaux de portes en sont également garnis. La moquette reprend la teinte extérieure et s’associe parfaitement avec les tapis à motif carreau.

La planche de bord en bois laqué ajoute un certain charme à cet habitacle. Il est minimaliste puisqu’il intègre deux compteurs: l’un pour la vitesse et l’autre pour l’essence/température moteur. Pour le reste, on trouve un autoradio, le chauffage ainsi qu’une boîte à gants. Cette dernière donne d’ailleurs l’impression que l’on va ranger ces lunettes de soleil dans le compartiment moteur.

On ne va pas se mentir, Charles et moi-même sommes des personnes bien portantes et plutôt de grandes tailles. Pour autant, j’ai été surpris de me sentir à l’aise, assis l’un à côté de l’autre. Malheureusement, je ne suis pas certain que des passagers sur la banquette arrière l’aurait été. J’ajoute également que le toit ouvrant apporte encore plus d’espace et semble moins nous oppresser à bord.

Austin Mini British Open - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Cette Austin Mini Mark 6 sera la version la plus puissante de son histoire. Sous le capot, le bloc moteur affiche désormais une cylindrée de 1275 cm3. Ce moteur SPI voit sa puissance passe à 53 ch. Ce n’est pas un foudre de guerre mais rappelons qu’elle pèse à peine 700 kg. Alors, allons voir ce que ça donne sur la route !

Austin Mini British Open - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Pour commencer, il faut s’habituer aux regards des gens. Habituellement, ce sont avec des sportives telles que l’Alfa Roméo 4C ou encore l’Alpine A110 que les gens se retournent. Ici, la Mini attire tout autant et il faut qu’elle a de la gueule. Il faut dire que cette configuration est plutôt réussie. Ce vert anglais lui va plutôt bien même si j’avoue avoir un penchant pour le Bleu Tahiti des versions plus modernes appelées SportPack.

Habitué de plus en plus aux voitures modernes, je réapprends littéralement à conduire avec cette Austin. Je la recommande à n’importe quel jeune conducteur pour sa facilité de prise en main et son minimalisme. N’allez pas chercher les tours, “une Mini se conduit sur le couple” me dit Charles. Et c’est vrai ! On l’apprécie à n’importe quelle vitesse même si dépasser les 100 km/h pourraient me faire peur. Il en est de même lorsqu’on se retrouve à côté d’un poids lourd. On a clairement l’impression qu’il ne pourrait faire qu’une bouchée de vous. Pas très rassurant tout ça…

Austin Mini British Open - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Cette Austin Mini fait le job pour les petits trajets quotidiens. Peu gourmande en carburant, elle vous donnera le sourire dès que vous vous installerez derrière son volant. Il en sera de même lors des entretiens qui ne demandent pas beaucoup de ressources et dont les pièces valent trois fois rien.

J’aime vraiment beaucoup son côté chaleureux. Il me semble que c’était la première fois que je conduisais une voiture avec un volant en bois. Je pourrais l’accrocher dans ma chambre tellement je le trouve beau. Après, il faut reconnaître que ce n’est pas forcément le plus pratique à la conduite mais peu importe. Et ce mélange de genre, de couleurs et de matériaux est une véritable réussite. Ça ne m’étonne pas que sa côte reste élevée à l’heure actuelle. Comptez entre 8k et 10k€ pour un modèle en parfait état.

Austin Mini British Open - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Je vous entends venir, vous allez me dire que c’est cher pour une voiture aussi minimaliste et âgée de plus de 20 ans mais qu’avez-vous pour ce prix-là ? Et bien, un véritable karting ! L’Austin Mini est facile à vivre, autant en mécanique qu’en usage quotidien.

Je vais peut-être me répéter mais j’avoue que je me verrais bien avoir ce modèle pour la balade du dimanche. Il ne faut pas oublier non plus que sa conception est ancienne tout comme la sécurité. Mais n’oublions pas qu’il en ait de même pour beaucoup de modèles anciens.

Ce n’est peut-être pas pour tout de suite mais je continue de regarder les annonces à la recherche d’une pépite comme celle-ci. D’ailleurs, si cette Austin Mini British Open Classic vous intéresse, elle est à vendre chez Tasty Cars à Saint-Maur-des-Fossés.

Un grand merci à mon ami pour la découverte de cette Austin Mini et promis, j’en aurai une un jour !