Collection privée - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Il y a des jours où la chance nous sourit sans rien avoir demandé. Pour moi, c’est arrivé il y a déjà 6 ans. A l’époque, je venais d’assister à un téléthon où des baptêmes à bord de véhicules d’exception étaient organisés. Muni de mon appareil photo, j’avais shooté certains modèles, comme cette sublime Porsche GT2 RS.

Ces quelques photos (ultra retouchées et avec une signature ultra discrète) m’avaient valu les félicitations de son propriétaire. J’avais ainsi gardé contact avec son fils et quelques mois plus tard, j’avais découvert le reste de la collection. Et quelle collection!

Collection privée - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

J’étais arrivé dans un garage à la décoration en adéquation avec la collection de voitures présentes. Je retrouvais dans un coin la fameuse GT2 RS avec son coloris blanc et son capot en carbone. Cette version ultime de la 997 n’a été produite en 2010 qu’à 500 exemplaires et vous avez sous les yeux la numéro 260. Elle développe 620 ch et 700 Nm de couple!

Cela peut paraître surréaliste pour notre époque mais du haut de mes 20 ans, c’était invraisemblable que je puisse m’installer à bord de telles sportives. Je léchais les voitures du regard jusqu’au moment où le fils du propriétaire m’ouvre la porte de la Porsche GT2 RS et me dit: “N’hésite pas et profites-en!”. Ni une ni deux, me voici à bord de cette dernière.

Impossible pour moi de bouger avec des baquets qui maintiennent comme jamais! Je n’ai plus en tête le kilométrage de tous les véhicules mais je me souviens qu’ils roulaient trop peu. Je respecte totalement le choix du propriétaire à l’époque mais serait indigné de nos jours. L’odeur du neuf omniprésent, l’Alcantara utilisé à foison, je suis bien dans une GT2 RS.

Collection privée - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Juste à côté d’elle se trouvait sa petite sœur, la GT3 RS. Celle-ci est la version 4.0 L de la 997 deuxième génération. Elle développe donc 500 ch!

A part sur Internet, j’ai rarement vu d’autres GT3 RS 4.0 et je dois dire que cette configuration ne m’a pas laissé indifférent. Je trouve que le mariage de la peinture noire avec les stickers gris et rouge est très réussi. Et pour sublimer le tout, les jantes noires sont associées à des étriers jaunes. Configuration parfaite!

L’arrière est plus qu’imposant avec cet immense aileron. On peut voir l’arceau rouge à travers la vitre arrière qui n’est pas là pour faire de la figuration. La seule chose qui pourrait me chagriner sur cette RS, ce sont ses feux version US. Mais bon, je ne vais pas faire mon difficile!

Collection privée - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

A bord, on retrouve un intérieur soigné mêlant cuir, alcantara et carbone. Le tout est sublimé par des surpiqûres rouges. J’ai rarement pu embarquer à bord d’une Porsche, j’en ai donc profité pour me hisser dedans. Ou plutôt, je me suis laissé tomber dans le siège baquet. Aussi dur qu’un bout de bois, je peux vous garantir que son maintien est aussi exemplaire que sur la GT2 RS. C’est utile sur circuit mais si l’envie vous prend d’aller chercher le pain le dimanche, pensez à prendre un chausse-pied!

J’allais oublier : la petite plaque numérotée sur la boîte à gants indique que c’est l’une des dernières GT3 RS 4.0 produite vu qu’il s’agit du n°595 sur une production de 600 véhicules.

Collection privée - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Non loin de ces deux jouets pour adulte se trouvait un autre modèle exclusif : la 911 Speedster de 2010. Cette version hommage à la 356 Speedster ne sera produite qu’à 356 exemplaires à travers le monde (étonnant comme chiffre). Elle reprend le Flat6 3.8 de la Carrera S de l’époque avec une puissance portée à 408 ch et couplée à la boîte PDK.

Vu le peu de photos retrouvées dans mes dossiers, je me rappelle que ce jour-là, elle ne m’avait clairement pas emballée. Je trouvais le coloris un peu trop tape-à-l’œil et les jantes faisaient trop tuning à mon goût. Et si ma mémoire est bonne, l’intérieur me rappelait celui des Clio V6, basique avec quelques touches de bleu pour rappeler la peinture extérieure. Aujourd’hui, j’apprécie davantage ses lignes mais je reste toujours aussi septique sur le coloris. Et que dire de la nouvelle 911 Speedster produite pour les 70 ans de la marque, un bijou!

Quant la carrosserie rouge qu’on aperçoit à côté d’elle, impossible de retrouver les photos. Cette Ferrari F430 Scuderia ne passe pourtant pas inaperçue dans ce garage. Cette version ultime de la F430 se différencie avec des traits plus racés et marqués. Elle arbore deux bandes peintes et se voit apposer le logo “Scuderia” sur sa calandre arrière.

Le V8 voit sa puissance passer de 490 ch à 510 ch grâce à l’ajout d’un collecteur et d’un filtre à air en carbone à l’admission. De toutes les voitures présentes dans le garage, c’est sans aucun doute celle-ci que je préfère en termes de sonorité. La mélodie d’un V8 italien est indétrônable!

Collection privée - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Clou du spectacle, une Porsche Carrera GT se cachait dans le fond du garage ! La Carrera GT est tout simplement la remplaçante de la GT1. Présentée comme un concept-car, elle a finalement été produite à 1270 exemplaires de 2003 à 2006.

Cette supercar embarque derrière les deux uniques baquets, un moteur V10 démoniaque de 620 ch. Elle est équipée d’une boîte de vitesse manuelle à 6 rapports, positionnée comme celle d’un Citroën Picasso. Je m’excuse pour la comparaison mais c’est l’image que je garde à chaque fois de la position du levier de vitesse.

La Carrera GT reste et restera à jamais celle qui a marqué les esprits de par sa ligne mais aussi le son tout particulier de son V10 qui hurle dès que l’on dépasse les 5000 tr/min, ou encore ses deux sorties d’échappements qui ressemblent à deux turbines. Merci Porsche pour ce chef d’œuvre !

Collection privée - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

J’allais conclure mon récit mais j’allais presque en oublier le meilleur : la Ferrari 458 Speciale tout juste livrée. Présentée en Septembre 2013 au Salon de Francfort, cette version allégée (90 kg) de la 458 Italia embarque un V8 atmosphérique de 605 ch. N’étant pas emballé par le coloris rouge, je dois quand même avouer qu’il se marie très bien avec les jantes dorées et les bandes NART pour North American Racing Team.

J’ai même eu le privilège d’aller faire quelques tours de roues en tant que passager. Le 0 à 100 km/h expédié en 3 petites secondes, je peux vous garantir que les 20 km ne m’ont jamais paru aussi rapides. Cette Speciale a une facilité déconcertante à vous catapulter vers l’avant que vous ne feriez plus qu’un avec le siège baquet. Un véritable missile sol/sol avec un V8 qui hurle tout ce qu’il peut jusqu’à atteindre la zone rouge située à 9000 tr/min!

Cette collection m’aura marqué pour plusieurs raisons. Premièrement, par la gentillesse de son propriétaire et de son fils qui ont tout de suite eu confiance en moi et m’ont laissé prendre toutes les photos que je voulais. Ils m’ont aussi permis de m’installer librement à bord de ces bijoux.

Deuxièmement, tous les véhicules avaient moins de 5000 km au compteur. Je trouve ça inimaginable pour de tels véhicules qui ont, pour certains, plus de 10 ans. Personnellement, je n’aurai qu’une envie, c’est de les emmener sur circuit et de les exploiter à leur juste valeur. Mais je comprends son propriétaire qui préfère sans doute aller rouler quand bon lui semble, les conserver comme des œuvres d’art et surtout pouvoir les admirer à chaque fois qu’il se rend dans son garage. Le plus dur avec cette collection ce n’est pas de la quitter mais de choisir avec quel jouet on veut aller rouler!

Collection privée - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier