24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

Toyota m’a proposé un concept totalement novateur et surprenant. Suite à leur doublé aux 24h du Mans, ils nous ont donné pour objectif, les 29 pilotes et moi-même, de réaliser un test d’endurance de 24h avec la nouvelle Toyota Corolla Hybrid. De quoi tester nos limites physiques, piloter tout en étant responsable mais surtout démontrer l’efficacité du système hybride.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

Le rendez-vous était donné au circuit de la Ferté –Gaucher, non loin de Paris, à 10h le mardi. Pour information, avant de s’y rendre, nous avions que très peu de renseignements quant au déroulement de cette journée d’endurance mais surtout du règlement. Alors évidemment, on s’est mis à rêver de piloter pendant 24h la nouvelle Toyota Supra avant de revenir à la réalité.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

En salle de briefing, les bases sont posées. Nous sommes 7 équipes de 5 personnes. Le véhicule est donc la Corolla Hybrid avec le 2.0L de 180 ch. Chaque équipage a évidemment le même véhicule avec des boîtiers pour surveiller ses temps au tour, les mêmes pneumatiques avec une pression identique, la même quantité d’essence au départ ainsi que des freins et des plaquettes neufs. Cet événement est un test d’éco-régularité avec pour objectif de réaliser la plus grande distance en 24 heures en n’utilisant que 125 litres de carburant, sans changer de consommables (pneus, plaquettes, etc.) et en sollicitant à minima le moteur thermique. Evidemment, l’équipe qui aura besoin d’un de ces éléments cités se verra pénaliser de 50 km.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

Chaque équipe a son coach qui est un pilote-instructeur. Le nôtre s’appelle Steven et il nous accompagnera pendant ces 24 heures d’endurance. Chaque pilote par équipe dispose le matin d’une vingtaine de minutes pour découvrir le circuit, s’approprier la voiture et surtout emmagasiner le maximum de conseils donnés par le coach. Personnellement, je ne connais pas mes coéquipiers donc on apprend également à se connaître. Il y a Andy d’Auto-Moto, Florian d’AutoNews, Pierre de Caradisiac, Fabrice de Breezcar et moi-même! Je connais la voiture mais le circuit, pas du tout. A ce moment très précis, j’avoue que je ne savais pas trop d’en quoi je mettais embarqué.

En face de mon équipe, on retrouve deux autres Team Média à savoir l’Equipe et un groupe blogueurs/youtubeurs, deux équipes d’ambassadeurs de l’hybride avec de sérieux adversaires ainsi que deux équipes avec des salariés de Toyota France. Personnellement, je pense que l’équipe n°4 des ambassadeurs est la plus redoutable. La raison? On y trouve plusieurs pilotes ayant déjà remportés des courses similaires. Ils conduisent des hybrides. Ils mangent hybride. Ils dorment hybride. Bref, ils vivent hybride!

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

Après cette matinée bien chargée, le repos est de courte durée puisqu’on enchaîne avec le repas, un nouveau briefing des commissaires de pistes et d’une séance photo. Pendant ce temps, notre coach a réfléchi à notre stratégie pour effectuer nos 47 arrêts obligatoires tout en nous faisant rouler équitablement. Les changements s’effectueront donc toutes les 30 minutes. Espérons que le coach sache ce qu’il fait! A 15 heures pétantes, le top départ est donné. Ici, pas d’essais qualificatifs pour la grille de départ. Les voitures s’élancent toutes les 15 secondes dans l’ordre des numéros.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

Le premier a s’élancé est Andy. Partir premier de son équipe n’est pas chose facile. Qu’on le veuille ou non, il devait avoir la pression. Les premiers tours sont plutôt des tours de repérages, prendre ses marques, jauger la stratégie de ses adversaires sans connaître d’erreurs. Il faut surtout trouver son rythme. Ne pas s’enflammer avec le chronomètre sinon c’est de l’essence gaspillée et la panne sèche avant l’arrivée.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

Au bout de 30 minutes, c’est à mon tour de prendre le relais. Je n’ai pas connaissance des premiers chiffres donc je m’élance un peu à l’aveugle. Le coach nous a missionné de rouler en 3 minutes et plus ou moins 15 secondes pour trouver un équilibre. Je m’efforce donc de garder ce rythme. Les bouts de ligne droite sont longs puisqu’on dépasse pas les 100km/h. Pour les virages, on relâche la pédale en amont afin de récupérer de l’énergie. On relance franchement en sortie de virage afin de stabiliser notre vitesse rapidement et anticiper le prochain virage.

Le coach peut communiquer en permanence avec nous grâce au talkie walkie. J’apprends rapidement que nous sommes loin au classement. Lors du premier relais, nous avons effectué trop peu de kilomètres sur l’électrique. En revanche, sur les kilomètres parcourus, nous sommes dans la moyenne. Mais le classement se joue sur les deux tableaux. Alors j’essaye comme je peux de rattraper ce retard mais me rend compte que je suis plus lent. La course s’annonce plus compliquée que prévue et il est déjà temps de rendre le volant.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

Les relais s’enchaînent et nous n’avons pas forcément de stratégie convaincante pour le moment. Chacun a son rythme. Nous sommes deux voir trois à rouler vite mais roulant moins sur l’électrique tandis que les deux autres sont très bons dans ce domaine. Finalement, notre équipe s’équilibre. On revient petit à petit dans le classement mais il est difficile de s’en rendre compte du chemin à parcourir alors qu’on est à 21 heures et 30 minutes de l’arrivée.

Pendant que le soleil commence à se coucher sur le circuit, les occupations sont diverses et variées. Certains comme Pierre en profitent pour se filmer et préparer leur vidéo. D’autres, comme moi, s’affrontent sur les simulateurs de Gran Turismo mis à disposition. Cela permet de garder un certain rythme même si la vitesse et le réalisme du jeu ne sont pas les mêmes. Nous avons tout ce qu’il nous faut pour manger, boire, se reposer tout en restant dans l’enceinte du circuit. Cet événement ressemble donc comme deux gouttes d’eau aux 24 Heures du Mans à quelques différences près…

Entre temps, j’ai repris le volant de la Toyota Corolla Hybrid vers 18h30. En partant, je sais qu’il faut que je sois plus efficient. A l’arrivée, je le suis en réalisant des tours moins rapides mais il faut que j’arrive à concilier les deux. Pour ça, les conseils des copains sont bons à prendre. On commence à étudier le circuit. On trace les trajectoires, les parties où on relâche l’accélérateur, où on doit relancer la voiture ou même freiner. Ces 24h de l’hybride ne sont pas pour le moment très physique mais plutôt intellectuel.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

Sur les coups de 21h, j’entame mon troisième relais. Je débute en roulant avec le coucher du soleil en pleine tronche sur certains parties du circuit avant de tomber dans la nuit noire complète. Je ne me souviens malheureusement pas de tous les détails de cette course mais je sais qu’à ce moment nous étions très bien revenus dans le classement de la distance parcourue. En revanche, il fallait encore qu’on s’améliore sur notre roulage en 100% électrique. Après 7h de course, nous avons réussi à remonter à la 5ème place en estimant nos points récoltés mais le chemin est encore long.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

Je profite de ces 2h30 de pause pour essayer de me reposer un peu mais rien n’y fait. Je ne sais pas si c’est l’adrénaline de la course ou bien la RedBull ingurgitée qui me donne des ailes mais le sommeil ne vient pas. Cela me permet donc d’échanger avec le coach sur la stratégie du ravitaillement. Et oui, les kilomètres défilent et le réservoir se vide petit à petit. Il faut donc estimer ou plutôt parier sur le nombre de kilomètres réalisables une fois que le compteur indiquera une autonomie de 0 km. Malheureusement pour Pierre, c’est sur lui que c’est tombé. Le coach lui annonce qu’il devra effectuer 20 km de plus une fois le réservoir vide afin de repousser au maximum le premier ravitaillement.

Et il s’en sort avec brio puisque sur quelques vapeurs d’essence, il arrive aux stands et effectue le premier plein de 43 litres soit la taille du réservoir. Nous n’avons pas été les premiers à faire le plein mais pas non plus les derniers. Les stratégies sont belles et bien différentes. A ce moment de la course, la Team Média n°2 est largement en tête pour les kilomètres effectués en tout électrique. L’adverbe “largement” est bien employé ici puisqu’il compte près de 100 km d’avance sur les deuxièmes.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

0h30, me revoilà dans la Toyota. Cette fois-ci, le soleil s’est bien couché et a laissé le circuit éclairé à la seule lumière des phares. Les yeux commencent à fatiguer mais s’habituent rapidement à cette nouvelle ambiance. En revanche, les premiers tours sont plus difficiles pour ce qui est des trajectoires. Heureusement, nous avons les panneaux qui indiquent les distances avec le prochain virage ainsi que les cônes de point de braquage. S’ajoute à cela, les lapins qui ont élus domicile sur les bords de piste. Lors de mon deuxième tour, je manque de tailler un short à l’un d’entre eux. Je sens qu’il va y avoir du sport!

Malgré la fatigue, je garde un rythme plutôt correct tout en gardant un œil sur ma consommation. En effet, il ne faut surtout pas oublier ce paramètre très important. Vouloir être trop gourmand à cette heure-ci de la course pourrait nous pénaliser à l’arrivée.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

Après ce relais où j’ai du croiser une dizaine de lapins et manquer de louper une épingle, je décide d’aller me reposer un peu. Evidemment je ne suis pas le seul. Au bout d’une heure, le sommeil vient enfin mais le réveil est brutal. Il est près de 3h30 quand Steven me réveille et m’annonce que dans 5 minutes, je dois être dans la voiture.

Rapidement la pression monte, j’enfile mon casque et mes gants. Andy ramène la voiture aux stands et me voilà reparti pour un tour. Pour me réveiller, je décide de rouler tranquille afin de gagner en électrique. Et puis sur la fin de mon relais, j’augmente un peu le rythme pour garder une certaine avance avec nos poursuivants. Lors de ces relais nocturnes, on se sent seul dans la voiture à tourner sur un circuit non éclairé. Le chronomètre embarqué n’est pas visible mais le coach reste présent pour nous indiquer nos temps et nous encourager. Merci Steven! Au bout de 30 minutes, retour aux stands. Mon prochain relais est dans 2h30. Je somnole sur un canapé avant de reprendre le volant vers 6h30. A la fin de celui-ci, je décide d’aller prendre une douche et dormir dans un vrai lit à l’hôtel réquisitionné pour l’occasion.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

J’ai l’impression de n’avoir fermer les yeux qu’une dizaine de minutes lorsque Andy vient frapper à la porte de la chambre. Merde, mon réveil sonne depuis 40 minutes et mon relais est dans 10 minutes. Ni une ni deux, je le laisse dormir, prends une douche et file au volant de la Kia Stinger GT au circuit. Sur place, l’un de mes coéquipiers m’a remplacé et je n’ai qu’une idée en tête, me faire pardonner auprès du coach et de mon équipe.

Le soleil est revenu sur le circuit et la chaleur avec. On troque le jean/sweat pour un short/tee-shirt et c’est reparti. Sauf que notre voiture semble fatiguée. On peine à recharger la batterie et même en forçant l’utilisation de l’électrique, ce dernier se coupe rapidement. Jusque là, on roulait quasiment tous sans mettre la climatisation, fenêtres fermées et en trempant un tee-shirt après chaque relais. Nous décidons donc de faire tourner à plein régime la climatisation et ça marche. Le système hybride fonctionne de nouveau et je suis soulagé lorsque je termine mon avant-dernier relais.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

A quelques heures de la fin, les équipes réalisent peu à peu leur chance d’être bien classées ou non. Tout le monde sait que les 7 points de l’électrique reviendront à l’équipe 2 mais rien n’est encore fait pour le reste. La meilleure équipe des ambassadeurs de l’hybride adopte une conduite bien plus nerveuse et s’offre le meilleur temps au tour. Qu’on le veuille ou non, chacun s’espionne et essaye de recueillir des informations cruciales. Notre coach effectue des calculs pour ne pas se faire surprendre à l’arrivée. Le deuxième ravitaillement de 19 litres a eu lieu plutôt dans la matinée et il ne nous en reste plus qu’un de 20 litres. Ce sera le dernier avant qu’on ne voit le drapeau à damier s’agiter.

Chaque coéquipier a son rôle à jouer. Finalement, trois sont de bons conducteurs respectueux de la consommation tandis que Florian et moi-même sommes respectueux du chrono. Les relais sont raccourcis afin qu’on puisse effectuer nos 47 relais et il est convenu que je sois le dernier à rouler.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

14h15, la pression commence à monter. On constate qu’on est bien remonté dans le classement mais d’après les calculs d’Andy, nous sommes restés 5ème. Florian est dans la voiture à améliorer ses temps mais le coach le rappelle un peu à l’ordre afin qu’il préserve du carburant pour mon dernier relais. 15 minutes plus tard, le voilà dans la voie des stands. Il est temps d’en finir.

Les consignes du coach restent les mêmes à savoir rouler en 3:00 voir 3:10 tout en ménageant l’électrique. L’autonomie est largement suffisante pour aller jusqu’au bout mais on est pas à l’abri d’un pépin. Avant de partir, on avait constaté avec les copains qu’on pouvait gratter un point à l’équipe 2 pour espérer remonter dans le classement de la distance parcourue. C’est Raphaëlle de Miss280ch qui est actuellement dans la voiture n°2 mais je ne compte pas lui faire de cadeaux.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

30 minutes c’est long mais quand tu sais que tu dois rattraper un tour pour réussir à doubler ton adversaire, ça devient très long. Je tourne peut-être en 2:30 voir moins. L’écart se réduit petit à petit. A ce moment, je ne sais pas quelles sont les consignes mais je sais que je dois me faire pardonner d’avoir dormi trop longtemps à l’hôtel. Je me souviens avoir dépassé les 100 km/h sur la ligne droite après les stands avant d’en rire. Bizarrement, à des vitesses plus élevées, on se rend compte que les consommables ont bien vécus. Les pneus commencent à être bien usés et m’offrent quelques glissades en virage.

Pourtant, je reviens sur la n°2 et ne tarde pas à la doubler. Je comprends à ce moment-là que le team a décidé de ralentir pour conserver ses 7 points de l’électrique. Je réduits donc mon allure et commence à me promener sur le circuit en utilisant le moins le moteur thermique. En même temps, il reste moins de 5 minutes et j’aurai probablement que deux tours effectués. L’autonomie est de 6 km donc tout va bien. Le plus dur a été fait et il est trop tard pour changer quoi que ce soit.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

A 15h, le drapeau s’agite enfin et je rejoins la voie des stands. Je ne sais pas à quelle place nous sommes. Je sais juste que tout le monde est content d’en avoir fini. Le coach nous félicite et est fier de nous. Sa stratégie a payée, nous avons terminé cette course de test dans la joie et la bonne humeur. Chacun a joué le jeu et on s’equilibrait tous très bien.

24h Toyota Corolla Hybrid - 4roueset1volant - © Toyota
24h Toyota Corolla Hybrid – 4roueset1volant – © Toyota

Et puis, vient l’heure des résultats. Sans grande surprise, l’équipe n°4 des ambassadeurs de l’hybride remporte ce test en ayant effectué 1418,4 km dont 511,2 km sans utiliser le moteur thermique. Il marque 12 points. Sur la deuxième marche du podium, on retrouve l’équipe média n°2 avec 1407,6 km parcourus et surtout 547,59 en tout électrique. Il remporte 10 points. Enfin et à notre grande surprise, nous venons compléter ce podium totalement inespéré ! Nous marquons 9 points avec 1407,6 km parcourus mais seulement 469, 56 en électrique. C’est vous dire l’exploit réalisé par l’autre équipe média. Au pied du podium, on retrouve deux autres équipes avec un total de 8 points mais qui se sont départagées avec le nombre de kilomètres total. On l’a échappé belle. Prendre ce dernier point en doublant l’équipe média 2 nous a permis de grimper sur le podium, c’est une certitude. Alors merci les copains pour ces 24h de test !

C’est quand même hallucinant de se dire qu’on a économisé quasiment un tiers de carburant lors de ces 24 heures de test. Je peux dire que cette Toyota Corolla Hybrid est testée et approuvée après cet essai sur circuit dans de véritables conditions d’endurance mais aussi sur route lors de mon dernier essai. Après ceci, difficile de repasser sur une motorisation 100% thermique sans garder des réflexes de levée de pied. J’ai clairement pris conscience de l’utilité de l’hybridation concernant la consommation mais aussi le côté agréable de cette conduite plus tranquille.

J’ai vécu une expérience totalement atypique grâce à Toyota France et j’ai l’impression de faire partie de l’équipe d’essai de la marque durant 24 heures. Je tiens donc à remercier tout le staff de Toyota présent sur l’événement, les équipes d’Oreca, le coach Steven ainsi que mon équipe pour cette troisième place méritée !