Volvo XC90 B5 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Essai Volvo XC90 B5

Volvo XC90 B5 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Pour terminer l’année 2019 et commencer l’année 2020 en beauté, j’ai décidé d’essayer en daily le Volvo XC90 avec sa nouvelle motorisation B5.

Volvo reste la marque que j’affectionne le plus car ce sont les premiers à m’avoir prêté un véhicule il y a plus de 4 ans maintenant. Alors forcément, on s’y attache ! C’était d’ailleurs un XC90 équipé du puissant T8 Hybride. C’est donc avec plaisir que je retrouve ce mastodonte micro-hybride pour m’accompagner un peu plus de deux semaines.

Il a peu évolué esthétiquement parlant. On retrouve les lignes du XC90 avec sa calandre imposante, ses optiques tranchantes et ses jantes en 21″ couleur Noir/Diamant. D’ailleurs, ces dernières semblent bien petites chaussées sur cet imposant 4×4. Et puis, ce coloris Gris Pebble lui va à merveille et permet de le rendre “presque” discret. La finition Inscription Luxe y est forcément pour quelque chose.

Le gabarit du Volvo XC90 peut paraître impressionnant mais il ne faut pas oublier qu’il peut transporter jusqu’à 7 personnes. Il mesure 4,95 m de long, 2 m de large et presque 1,80 m de haut. Alors forcément, ma hantise était qu’il ne rentre pas dans mon parking souterrain. Mais heureusement pour moi, j’avais 10 petits centimètres de marge. Il peut ainsi donc être garer dans n’importe quel parking parisien. Après, il faut juste avoir le compas dans l’œil…

L’ambiance à bord est toujours aussi exceptionnelle. Les matériaux sont justement choisis. On redécouvre la qualité du cuir que ce soit pour l’assise ou la console centrale. La finition très haut de gamme est un véritable plaisir pour l’œil.

L’espace à bord impressionne et sur ce modèle d’essai, on peut emmener 7 personnes. Enfin, je dirais plutôt 5 adultes et 2 enfants rentrés au Tetris sur les strapontins à l’arrière. Pour avoir essayer, un adulte d’1m80 ne peut même pas se tenir correctement à ces places. Cependant, en 5 places, le coffre dispose d’une immense capacité de 709 litres.

Des détails jusqu’au bout des doigts avec ce levier de vitesses en cristal Orrefors, tout simplement magnifique et agréable au toucher ! Les incrustations en Frêne qui habillent la planche de bord, la console centrale et les contre-portes adoucissent l’ambiance intérieure. Tandis que l’excellent système hi-fi Bowers & Wilkins vous permet de vous évader le temps d’une chanson.

Autre détail, qui a son importance, à bord de cet imposant Volvo : une date gravée sur l’attache des ceintures de sécurité. Pour ceux qui ne le savent pas, c’est l’ingénieur Nils Bohlin recruté par Volvo qui a breveté en 1959 la ceinture de sécurité moderne que nous connaissons tous et qui est composée de deux sangles ancrées en trois points. L’invention brevetée a été laissée libre de droits.

La première chose que j’avais remarqué en montant à bord de ce Volvo, c’était le peu de boutons présents que ce soit sur la console centrale ou sur le volant. La marque a conservé ce bon point.

L’écran tactile de 9″, Sensus Connect, est une véritable tablette numérique. On y retrouve un écran principal composé de la navigation, du média utilisé, du téléphone connecté et d’un autre raccourci que le conducteur peut choisir. Pour ma part, j’ai opté pour la consommation moyenne, histoire de pouvoir comparer avec les données constructeurs.

La première page indique également les informations habituelles. Les deux autres pages de cette « tablette » sont tous les paramètres et tous les boutons non présents dans l’habitacle. On peut ainsi gérer la température de son siège comme celle du volant ou encore bien d’autres paramètres.

Volvo XC90 B5 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Sous le capot, Volvo y a logé un 4 cylindres diesel B5 et non D5. Cette nouvelle appellation fait référence à la micro-hybridation ajoutée. Disposant d’une batterie de 48V, le moteur électrique vient soutenir le moteur thermique lors des phases de démarrage et d’accélération. Il peut également venir alimenter tous les équipements électriques en 12V présents à bord du véhicule.

Au-delà des aspects de performances et de confort, cette micro-hybridation contribue à réaliser des économies de carburant et de réduire les émissions de CO². Mais qu’en est-il en réalité?

Volvo XC90 B5 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Tout d’abord, je rappelle qu’il ne faut pas le comparer à la motorisation T8 Hybride. C’est-à-dire que vous ne roulerez jamais en 100% électrique. Le système micro-hybride présent n’est qu’une aide au quotidien qui se ressent difficilement. Il apporte pourtant 10 kW de puissance ce qui représente 13,6 ch.

Je m’explique, il fait tellement bien le job qu’à aucun moment il ne m’a gêné dans la conduite. En même temps, ce n’est pas de trop de l’avoir puisque le XC90 pèse pas loin de 2200 kg ! Les accélérations ne sont pas foudroyante avec un 0 à 100 km/h établi en 7,6 secondes mais cela reste cohérent avec les 235 ch et 480 Nm disponibles.

Volvo XC90 B5 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Son terrain de jeu idéal reste sans doute l’autoroute. Il déroule sans broncher, gommant les moindres imperfections de la route grâce à la suspension pneumatique. Le confort est tel qu’en rentrant de Normandie sous la pluie, le brouillard et la nuit, j’ai presque eu l’impression de me reposer. Le côté zen de l’habitacle associé aux aides à la conduite embarquées permettent de voyager sereinement.

Pour évoquer la consommation, elle stagne aux alentours de 8 litres sur autoroute. C’est plutôt correct connaissant les caractéristiques du XC90. Par contre, en ville, ça se complique. La consommation s’envole rapidement à plus de 10 litres. Et son gabarit n’aide pas. Certes, vous apprécierez de surplomber les autres automobilistes mais il ne faut pas oublier qu’il est plus large que haut. Ayez bien le compas dans l’œil!

Volvo XC90 B5 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Quel plaisir que de prendre le volant de Volvo XC90! Une fois habitué à son gabarit et aux multiples technologies embarquées, on apprécie avaler les kilomètres. Et à bord, on est traité comme des rois que ce soit en terme d’assise ou des finitions.

Cette nouvelle motorisation B5 fait le job mais sans exceller pour autant. Je m’attendais peut-être à plus d’efficience mais rappelons que ce SUV est muni d’un gourmand 4 cylindres de 235 chevaux et qu’il pèse à vide près de 2.2 tonnes.

Je ne pouvais pas terminer cet article sans évoquer son prix. La version essayée ici atteint tout de même 94 000 €. Mais ne nous le cachons pas, il les mérite amplement vu la technologie embarquée, sa finition et son confort!

Pour un avis encore plus détaillé et en vidéo, je vous laisse avec l’ami Nicolas de Mécanique Sportive.

Je tiens à remercier Volvo France et plus particulièrement Céline ainsi que Marc pour leur disponibilité et pour m’avoir mis à disposition ce SUV le temps des vacances de fin d’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *