Peugeot 508 GT -  4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Peugeot 508 GT – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

Après les très réussis Peugeot 308 et 3008, la marque sochalienne s’est attaquée au segment des berlines premium. Présentée au Salon de Genève 2018, la seconde génération de la Peugeot 508 change radicalement ses codes esthétiques et compte bien offrir à ses futurs propriétaires une prestation trois étoiles. Au Mondial de l’Auto de Paris, elle est ainsi dévoilée en version SW et en version hybride. En attendant, la marque m’a offert l’opportunité et le privilège de l’essayer le temps d’un week-end. Alors c’est parti !

Peugeot 508 GT -  4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Peugeot 508 GT – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

Cette nouvelle Peugeot 508 était très attendue sur le segment des berlines et il était temps de remplacer la première génération datant de 2011 dont les Uber étaient friands. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ne passe pas inaperçue. Visible au Mondial et servant de navettes entre les différents pavillons, je ne saurai compter le nombre de personnes qui se sont retournées sur son passage. Il faut dire que dans sa finition « GT », la version la plus chic et dynamique, et associée à un coloris « Rouge Ultimate » (facturé 920€), elle a de quoi attirer les regards. Expérience vécue lorsque je l’ai eu durant tout le week-end, que ce soit des passants, des motards, des automobilistes ou encore des propriétaires de Peugeot, beaucoup se sont retournés pour admirer la belle et la photographier.

Peugeot 508 GT -  4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Peugeot 508 GT – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

Il faut dire que son nouveau design dégage à la fois sportivité et élégance. L’exécution des designers est parfaitement réussie puisque l’ensemble a beaucoup de style. La calandre est encadrée par deux canines lumineuses (en option sur les modèles d’entrée de gamme) servant de feux de jour et les optiques sont comparables au regard d’un félin. Le logo représentant un lion n’a jamais eu autant de signification.

Cette nouvelle génération a pris des épaules et a chaussé ses plus belles jantes de 19″ (+570€). Les ingénieurs ont revu ses dimensions à la baisse pourtant puisqu’elle perd 8 cm en longueur pour mesurer dorénavant 4,75 m, et moins 3 cm en largeur pour atteindre 1,86 m, ainsi que 6 cm de moins en hauteur ce qui donne 1,40 m au final. Et il semble que ce soit les dimensions idéales puisque l’allure du grand coupé est accentuée par un toit de type « Fast Back ». Son élégance ne s’arrête pas là puisqu’elle ne dispose plus de montants de fenêtres pour les portes. Et ça, ça fait clairement la différence par rapport à la concurrence.

A l’arrière, tout est nouveau car elle ne dispose plus d’un coffre mais grâce à son toit plongeant, elle intègre un hayon électrique. Sa sportivité se retrouve également avec ce petit béquet parfaitement intégré à la carrosserie, ce bandeau noir avec ses trois barres LED (de chaque côté) qui servent de feux ou encore ses deux sorties d’échappement qui encadrent le diffuseur. Ce nouveau design est une franche réussite même si j’aurai bien rabaissé la garde au sol d’un bon centimètre. Cocorico !

Peugeot 508 GT -  4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Peugeot 508 GT – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

A bord, la marque a également fait des merveilles puisqu’elle s’affirme clairement comme une concurrente directe des constructeurs germaniques tels que Volkswagen. N’oublions pas que Peugeot est un constructeur généraliste français, mais clairement le travail réalisé à bord est époustouflant. On retrouve l’habituel petit volant des nouveaux modèles de la marque avec ses deux méplats. Badgé « GT », on peut le régler bas et proche de soi pour une meilleure expérience de conduite. En revanche, le commodo pour le limiteur/régulateur de vitesse est très mal placé puisqu’il se trouve un peu caché et impossible en conduisant de voir sur quel bouton on appuie.

Peugeot 508 GT -  4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Peugeot 508 GT – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

Le reste impressionne autant que l’extérieur. Le conducteur est choyé avec une console centrale orientée vers lui. Même l’écran central, avec ses commandes inspirées de l’aviation, est difficilement accessible par le passager qui se sentira un peu à l’écart. Les matériaux, ainsi que le dessin de la planche de bord, diffèrent du reste de la production sochalienne et ce n’est pas pour déplaire. Cette dernière paraît impressionnante au premier abord mais finalement on s’y habitue. Le design est très futuriste et arbore à la fois du cuir et du véritable bois.

La nouvelle version de l’i-Cockpit est parfaitement agencée. L’instrumentation est lisible et digitale. Pas forcément réactive, elle est toutefois intuitive. Suivant nos humeurs et nos besoins, on peut choisir jusqu’à 6 cadrans digitaux comprenant aussi la vision nocturne (facturée 1400€). Aussi en option, la caméra 360° permettra de combler le manque de visibilité lors des manœuvres et le chargeur par induction de smartphone couplé à l’Apple CarPlay vous éviteront de vous faire verbaliser.

L’assise, de cuir et d’Alcantara, offre un maintien optimal. La prestation reste royale car ils sont à la fois chauffants et massants. L’espace à bord est appréciable à l’avant, mais à l’arrière ça se complique. En effet, les deux places et demie à l’arrière sont un peu exiguës avec ce pavillon de toit bas. Et en conduite dynamique, mieux vaut être derrière le volant que passager car les poignées de maintien manquent. Le coffre, profond, perd une trentaine de litres par rapport à la précédente génération mais offre tout de même 487L de capacité de chargement.

Peugeot 508 GT -  4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Peugeot 508 GT – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

Puissance

225

ch

Couple

300

Nm

0 à 100

7.3

secondes

Sur route, la qualité première de cette nouvelle 508 est sa douceur incroyable. Le moteur 1,6L turbo PureTech essence de 225 ch est coupleux à souhait. Il est souple mais ne manque cependant pas de répondant. En revanche, en haussant le rythme, il manque un peu de peps et on reste un peu sur sa faim. Couplé à une boîte automatique EAT8, vous pourrez avaler les kilomètres sans difficulté. En conduite dynamique, il sera préférable d’opter pour les palettes au volant pour accroître les performances du véhicule. Le travail sur le châssis est remarquable et le confort est préservé, malgré la monture de pneus, grâce à une suspension pilotée. Elle prend peu de roulis et le poids est contenu puisque la balance affiche seulement 1420 kg à vide. Le 4 cylindres ne prétend pas être sportif mais offre tout de même un 0 à 100 km/h en 7,3 s. Dans la même catégorie et pour le plaisir de la conduite, je choisirai cependant la Giulia et son 2.0L essence de 200 ch. On soulignera tout de même la précision de la direction et le mordant du train avant qui rassurent et nous ferait presque oublier que l’on conduit une berline de 4,75 m. La 508 s’appréciera davantage avec une conduite légère puisque sa motorisation ne procure aucune sensation. Il manque ce petit quelque chose que l’on reproche souvent aux marques françaises mais le bloc fait tout de même son job. Côté consommation, avec un trajet alliant bouchons parisiens et grands axes, elle ne dépasse pas les 9 L/100 km.

Peugeot 508 GT -  4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Peugeot 508 GT – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

Les différentes normes anti-pollution ont fait beaucoup de mal aux constructeurs et on reprocherait presque à Peugeot de ne pas avoir embarqué un 6 cylindres sur cette version GT pour agrémenter sa conduite et la sonorité. Je trouvais cela gadget dans la 308 GT de mes parents, mais le SoundDesign viendrait presque à me manquer. Esthétiquement, il n’y a rien à redire puisque cette nouvelle 508 est une véritable réussite, que ce soit à l’extérieur comme à l’intérieur. La motorisation reste son plus gros défaut mais espérons que la version hybride améliore la donne car pour le moment le Puretech 225 ch reste son plus gros moteur. Il ne reste plus qu’à croiser les doigts pour que les ingénieurs de chez Peugeot Sport viennent à s’en occuper. En attendant, et avec une entrée de gamme démarrant à 32 200€, les prix s’envolent rapidement lorsque la liste d’options choisies s’agrandit et on dépasse aisément les 45k€ sur ce modèle d’essai. La réussite Made in France a un prix, celui de la plus belle des berlines du moment : la 508 !

Un immense merci à Valérie, Aurélie et Peugeot France de m’avoir offert le privilège d’essayer cette nouvelle Peugeot 508. Merci également au responsable du parc presse pour sa disponibilité et sa gentillesse.