Mercedes-Benz Classe S 350d - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Véritable best-seller dans le monde des voitures de luxe, j’ai pu découvrir la nouvelle Mercedes-Benz Classe S dans sa version limousine.

Il faut remonter au Noël 2019 pour retrouver mon essai de l’ancienne génération de la Classe S. Essayée dans sa version 560e, j’avais été bluffé par ses qualités de routière mais aussi par son confort et son ambiance luxueuse omniprésente. Mais qu’en est-il du millésime 2021 ?

Je ne vous cache pas qu’un seul article va être court pour vous faire découvrir l’ensemble de cette Classe S mais commençons par le commencement : l’extérieur. Depuis sa présentation et après l’avoir observé sous tous ses angles, je reste attiré par l’ancienne génération. Celle-ci se veut encore plus élégante voir même discrète.

Sa peinture Bleue Anthracite métallisé assombrit sa silhouette et ne met pas suffisamment en valeur les courbes de cette Classe S. La signature lumineuse évolue avec une innovation appelée Digital Light. Le système s’adapte en permanence l’environnement. La calandre est toujours aussi impressionnante puisqu’elle intègre une multitude de capteurs et caméras. Les jantes forgées de 20 pouces sont incroyables tout comme leur prix affiché à 5100€.

La partie avec laquelle j’ai vraiment du mal est la malle arrière avec ces nouveaux feux. Il ne s’agit que de mon avis, mais je trouve que ça enlaidit la voiture et lui donne un air pataud. En revanche, j’aime beaucoup ces nouvelles poignées de portières façon Porsche 911 type 992. Cela permet d’affiner sa silhouette sur ses 5,28 m de long.

En passant à bord, on se rend compte vraiment du bon technologique. Ce n’est pas compliqué, le massif tableau de bord disparaît au profit d’écrans subtilement placés. Derrière ce nouveau volant, on trouve un écran de 12,3 pouces disposant de la technologie 3D et un affichage tête haute à réalité augmentée. En temps normal, je suis pourtant fan de ce genre de système 3D mais je dois avouer qu’il n’est pas forcément compatible avec la conduite.

Sur la console centrale, les occupants disposent d’un écran OLED de 12,8 pouces qui fait ainsi disparaître bon nombre de boutons par rapport à la précédente Classe S. La seconde génération du système MBUX reste à l’affût de vos gestes mais aussi de votre voix grâce au fameux “Hey Mercedes”. J’avoue avoir été choqué par la taille de l’écran central lors de sa présentation mais il se fond plutôt bien dans le décor. Il en est de même pour les bouches d’aérations qui surplombent le tableau de bord.

Pour le reste, que dire ? Je ne sais pas si le mieux est d’être derrière le volant ou aux places arrières. Le conducteur dispose d’un siège équipé de 19 moteurs électriques pour trouver sa position de conduite idéale. Il offre également la possibilité de se faire masser avec 10 programmes disponibles tout en étant ventilé ou chauffant. Je signe quand vous voulez pour être chauffeur !

Aux places arrières, la meilleure reste celle de droite. Cette dernière dispose d’un siège s’allongeant pour profiter de vos trajets de la plus belle des façons. Ce n’est pas compliqué, vous pouvez vous faire masser, commander vos écrans à l’aide de la tablette, déployer votre tablette en aluminium et tout ça en reposant votre tête sur un coussin incroyablement confortable. Existe-t-il un plus bel et agréable habitacle sur le marché actuel ? Je n’en suis pas certain. Mercedes-Benz a clairement mis la barre très haut ! En même temps, il y en a presque pour 50k€ d’options rien que pour l’intérieur, ce n’est pas étonnant…

Mercedes-Benz Classe S 350d - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

A l’heure où je vous parle, la nouvelle Mercedes-Benz Classe S ne dispose que de motorisations diesel. Derrière la désignation 350d, on trouve donc un 6 cylindres en ligne 3.0L développant 286 ch à 3400 tr/min et 600 Nm de couple dès 1200 tr/min.

Puissance

286

ch

Couple

600

Nm

Header text

56789

and description

Malgré deux tonnes sur la balance, elle réalise l’exercice du 0 à 100 km/h en 6,4 secondes et est limitée électroniquement à 250 km/h en vitesse de pointe. Je vous laisse le régal de rouler sur autoroute allemande avec ce genre de vaisseau.

Mercedes-Benz Classe S 350d - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Rassurez-vous, je n’ai pas eu besoin des Autobahn pour apprécier la conduite de cette Classe S. Le moteur se révèle être d’une force tranquille. Sans être démonstratif, il saura vous dégager d’une situation délicate sans perturber le confort des occupants. Les suspensions pneumatiques sont redoutables et remplissent parfaitement leur rôle. J’ai pourtant emprunté des routes bien connues pour leur inconfort sans jamais qu’elles ne soient mises en défaut. De ce fait, la conduite est tout de suite plus fluide avec une insonorisation exemplaire.

La boîte de vitesses automatique 9G-Tronic dispose, comme son nom l’indique, de 9 rapports. Autant vous dire qu’on se laisse volontiers en mode auto sans toucher les palettes de peur de s’y perdre. La direction est correcte mais manque cruellement d’être informative. Les roues arrières facilitent les manœuvres puisqu’elles sont directrices et braquent jusqu’à un angle de 10 degrés. Agile, elle offre un diamètre de braquage de 10,2 m. Indécent pour une limousine, la Smart n’a qu’à bien se tenir !

Mercedes-Benz Classe S 350d - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Les aides à la conduite sont innombrables mais facilement dé-connectable depuis l’écran central. On dispose du niveau 2 pour le système de conduite quasi-autonome avec un volant capacitif. Ce dernier est nouveau et tout simplement parfait avec des commandes à portée de main sans pour autant le surcharger. Avec une conduite souple, la consommation reste très correcte avec moins de 7L/100km et un énorme réservoir de 76 litres. Vous pourriez rallier le Sud de la France pour votre maison secondaire sur la côte sans aucun problème.

En conclusion, je reste dubitatif quant au design extérieur de cette nouvelle Mercedes-Benz Classe S. Elle continue d’impressionner et de s’imposer sur la route. Le regard des gens est un mélange d’admiration, de fascination mais aussi de jalousie. En comparaison avec l’ancienne génération, l’habitacle atteint des sommets difficile à égaler avec un confort incroyable et une technologie toujours plus en avance sur son temps. Avec un prix affiché de 160k€ pour cette configuration, j’avoue que le retour à bord de ma Mini a été difficile…

Un énorme merci à Mercedes-Benz et plus particulièrement Julien pour cet essai totalement surréaliste. Cette nouvelle Classe S est une source de motivation pour le travail !