Mercedes-Benz S 560 e - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Essai Mercedes-Benz S 560 e

Mercedes-Benz S 560 e - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Chaque année, à l’approche de Noël, je m’offre un essai plus exclusif. Ce n’était pourtant pas la puissance que je recherchais (pour une fois) mais bien de la polyvalence. Une seule solution, me tourner vers Mercedes-Benz. C’est ainsi que je me suis retrouvé derrière le volant de la Mercedes Classe S 560 e pour aller fêter Noël avec pour but de savoir si elle reste LA référence en terme de confort à quelques mois de la retraite. Alors, c’est parti!

Mercedes-Benz S 560 e - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Et oui, c’est bel et bien grâce à vous derrière vos écrans qui lisez ces lignes, que les marques m’accordent autant de confiance. Alors pour ce dernier article de l’année 2019, je voulais commencer par vous remercier et vous faire profiter de cet essai qui, pour moi, a été un rêve éveillé du début à la fin!

Par où commencer ? Il y a tellement à dire sur cette Mercedes-Benz que je pourrais en écrire un roman entier. Posons les bases, elle mesure 5,25 m de long, 1,89m de large et 1,49 m de haut. Oui, c’est long même très long pour certaines rues parisiennes mais on s’habitue plutôt bien à son gabarit.

Elle en impose, c’est sur et ce n’est pas pour déplaire. On ne passe clairement pas inaperçu avec cette Classe S. Elle a une face avant qui est à la fois élégante et musclée grâce au pack AMG Line Plus. Ce “complément” du Pack AMG Line comprend un kit carrosserie qui sculpte davantage cette Classe S. Les phares MULTIBEAM Led proposent une belle signature lumineuse tout en permettant de réagir parfaitement et rapidement aux conditions de circulation grâce à des Led pilotables séparément.

Les jupes avant et arrière sont différentes sur cette finition Fascination et les bas de caisse arborent des inserts peints de la couleur de la carrosserie. Un insert chromé vient s’ajouter à la jupe arrière tout comme les deux sorties d’échappements apparentes. Le tout est campé sur d’immenses jantes de 20 pouces qui laissent apparaître des disques de frein perforés et des étriers “Mercedes-Benz”. L’ensemble donne une allure encore plus dynamique à cette Classe S, j’adore!

Pour moi, l’habitacle est composé de deux ambitions, deux parties. Il y a les places à l’avant et les places à l’arrière. Je vais commencer par l’avant en tant que conducteur. D’abord, l’assise est juste parfaite. Le cuir perforé est d’une qualité remarquable et l’appuie-tête est presque aussi confortable que mon oreiller. Inutile de préciser que tous les sièges ou plutôt, devrais-je dire, les fauteuils présents dans cette Classe S sont à la fois ventilés, chauffants et massants. Les réglages sont nombreux et vous assure une parfaite position de conduite.

La planche de bord me paraît plus luxueuse que l’équipement présent dans mon modeste appartement. D’ailleurs, je ne suis même pas certain d’avoir de la ronce de noyer chez moi. Mais il faut reconnaître que cela apporte clairement une touche luxueuse et chaleureuse à cet intérieur tout comme l’horloge située au milieu des aérateurs. L’ensemble est agrémenté par des inserts en aluminium et de cuir. Les contre-portes en sont recouvertes et il est presque difficile de trouver des éléments en plastique dans cette voiture. D’ailleurs, les 24 hauts-parleurs du système hi-fi très haut de gamme Burmester sont parfaitement intégrés. Ils développent tout de même 1540 W de puissance!

Le volant à trois branches Performance AMG est tout simplement magnifique. Pour ceux qui ne le savent pas encore, le design des volants et des sièges est une véritable passion pour moi. Je rigole mais j’apprécie être installé dans des sièges aussi agréables à l’œil qu’au toucher et il en est de même avec le volant. Derrière ce dernier se cache, non pas deux mais un seul et même écran horizontal. D’une taille de 12,3 pouces, il se compose de deux parties: l’une fournit toutes les informations importantes pour le conducteur et l’autre permet de piloter l’info-divertissement. Celui face au conducteur est personnalisable à souhait et permet même de projeter l’affichage nocturne en son centre. L’écran central peut s’apparenter à un véritable manuel mais n’ayez pas peur, il est facile d’utilisation. D’ailleurs, je n’avais encore jamais un tel choix dans les réglages. Que ce soit l’éclairage d’ambiance, la quantité de parfum diffusé dans la voiture, les aides à la conduite, etc… Ce n’est pas compliqué, tout y est!

Les places à l’avant sont déjà d’un niveau de standing irréprochable mais celles de l’arrière sont incomparables. Ce n’est pas compliqué, je n’avais encore jamais vu ça. J’ai bien peur qu’à la fin de cet article votre salon vous semble bien fade, mais ce n’est pas grave, je continue. Cette version Limousine ne dispose que deux places individuelles et il me semble qu’on gagne 10 cm par rapport à une classe S classique.

L’espace à l’arrière est juste impressionnant. Les sièges sont aussi confortables qu’à l’avant et disposent de véritables coussins. Le mieux est d’être installé du côté droit car on peut avancer le siège avant afin d’étendre ses jambes sur le repose-pied qui en ressort. On ne dispose pas de tablettes mais je me vois clairement travailler dans cet habitacle chaleureux! En même temps, on a tout ce qu’il faut entre les prises USB, l’écran sur l’appuie-tête pour contrôler la climatisation ou la musique, un support pour recharger son téléphone par induction ou encore des rideaux.

Je pourrais en dire beaucoup sur cet intérieur mais cela s’apparenterait plus à écrire un roman. Il est difficile d’en dire plus par écrit alors c’est pour ça que j’invite réellement à vous rendre dans une concession Mercedes-Benz et de vous asseoir à bord d’une Classe S.

Mercedes-Benz S 560 e - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

S’il faut bien trouver un défaut à cet habitacle, je dirais qu’il s’agit du coffre. La batterie nous prive sans surprise d’un volume généreux de 530 litres pour une Classe S standard. Ici, il passe à 395 litres. Charger le coffre devient un véritable Tétris surtout quand on est obligé de transporter les sacs contenant les câbles de recharges.

Mercedes-Benz S 560 e - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Sous le capot, on trouve le mélodieux moteur V6 turbo-essence de 3 litres qui développe 367 ch et 500 Nm de couple. Pour renouveler son ambition écologique sur l’un de ses modèles les plus luxueux, Mercedes l’a associé à un moteur électrique de 90 kW. L’ensemble délivre une puissance de 467 ch et 700 Nm.

Résultat, le 0 à 100 km/h est expédié en seulement 5 secondes et la vitesse de pointe est annoncée à 250 km/h. C’est relativement peu pour un véhicule pesant 2215 kg mais on est pas vraiment là pour ce type de performance aujourd’hui. Non car cette Mercedes-Benz Classe S 560 e a de nombreux autres atouts!

L’appellation “560” a perdu de son charme puisqu’à une époque, on retrouvait sous le capot un bon vieux V8. Aujourd’hui, il a laissé sa place à l’hybridation. On dispose désormais d’une cinquantaine de kilomètres pour rouler totalement en électrique et sans aucun bruit. Et lorsqu’on hausse le rythme, le moteur thermique prend le relais dans la plus grande discrétion.

On dispose de 4 modes de conduite: Hybrid, E-Mode, E-Save et Charge. Le premier permet de combiner les deux moteurs. Le suivant permet de rouler uniquement en électrique. Le mode E-Save conserve la charge de la batterie tandis que le dernier permet de recharger cette dernière en roulant. La batterie d’une capacité de 13,5 kWh accepte un courant de 230 V 32 A. Ainsi, il ne faut que 90 minutes pour passer de 10 à 100%. Sur une prise domestique ordinaire, il faut compter près de 4 heures comme en atteste une des photos ci-dessus.

Mercedes-Benz S 560 e - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Dans n’importe quelle situation rencontrée, cette Mercedes-Benz Classe S m’a bluffé. Que ce soit en conduite dynamique ou plus sage, jamais elle ne m’a maltraité ni même mes passagers. La suspension, grâce à des caméras, scrute la route pour offrir le confort souhaité en fonction des routes empruntées. Cette suspension prédictive donne cette sensation de tapis volant totalement bluffant.

La boîte automatique à 9 rapports 9G-Tronic est d’une douceur incomparable. Ce n’est pas compliqué, on ne ressent rien. Même à rythme soutenu, elle vous permet de vous extraire des péages sans vous faire violence et en atteignant des vitesses inavouables. Elle sait tout faire!

Mercedes-Benz S 560 e - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Cette Classe S s’adapte aussi facilement à la route qu’au trafic. Le régulateur adaptatif fait le travail de manière irréprochable. Elle dispose même d’une conduite autonome permettant de changer de file en actionnant uniquement le clignotant. Même Tesla ne sait pas faire mieux en terme de douceur avec des véhicules pourtant plus récents. L’insonorisation est, elle aussi, au rendez-vous et vous fera apprécier encore plus le système Burmester.

C’est bien le premier essai que je réalise où j’ai du mal à trouver des défauts à la voiture. Le coffre en est un mais d’autres motorisations peuvent vous éviter ce désagrément. Au vu des performances, j’ai presque eu peur de devoir m’abonner aux stations essence mais même pas. Sur le millier de kilomètre parcouru, je n’ai pas dépassé une seule fois les 9,5 litres de consommation moyenne. Elle a cette capacité à vous catapulter en avant sans vous détrousser pour autant.

Mercedes-Benz S 560 e - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Difficile de trouver les mots pour décrire une telle voiture. Elle s’apprécie aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Son confort est tellement exemplaire que je serais prêt à postuler pour être chauffeur au volant d’une Mercedes-Benz Classe S. C’est plus confortable que tous les canapés sur lesquels j’ai pu m’asseoir. Elle a une ligne incomparable et tellement élégante qu’on ne se douterait pas qu’elle prenne bientôt sa retraite. Cette version 560 e est appréciable tous les jours que ce soit en ville, sur des petites routes ou encore sur autoroute.

C’est simple, je ne voulais pas la rendre jusqu’au moment où mes yeux se sont posés sur cette série de 6 chiffres. De base, une Classe S est affichée au prix de 95k€ et la version 560 e débute à 120k€. Cette Classe S quasiment full option vaut pas loin de 169k€. Oui mais! A ce prix-là, je ne suis pas certain de retrouver le même confort à bord de la dernière Série 7 de BMW. Ça reste cher, oui c’est vrai. A côte de ça, vous pouvez opter pour une Rolls Royce ou une Bentley vendue deux fois plus chère mais le confort sera-t-il multiplié par deux? Pas certain. Pour moi, cette Classe S reste LA référence en terme de confort sur le marché automobile à ce jour! Alors je souhaite bon vent à cette “mamie” et j’ai hâte de découvrir le nouveau modèle.

Je remercie infiniment Mercedes-Benz et plus particulièrement Hugo mais aussi Grégory pour le prêt exceptionnel de cette Classe S. Maintenant, j’ai ma référence en terme de salon roulant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *