Mercedes-Benz GLB AMG Line - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Mercedes-Benz continue le développement de sa gamme avec un véhicule à mi-chemin entre un SUV et un monospace, le GLB.

Lorsqu’il a été présenté, je ne vous cache que je n’étais pas plus emballé par son design assez rectangulaire. Et puis j’ai commencé à en voir circuler dans Paris et clairement, il est bien mieux en vrai qu’en photo. Alors c’est parti pour la découverte de ce nouveau GLB !

J’avoue m’y perdre un peu dans tous ces segments mais le GLB s’intercale donc entre le GLA et le GLC. Logique ! Sauf qu’il est bien plus proche du GLC car il mesure 4,63 m de long, soit 4 cm de moins que son grand frère. Pour autant, il reste compact avec une largeur de 1,83 m et une hauteur de 1,66 m. Il repose d’ailleurs sur la même plateforme que les Classe A, B, GLA et CLA.

C’est vrai qu’il en impose ce nouveau SUV. Je n’ai pas peur de le comparer à l’impressionnant Classe G sauf qu’ici le GLB, en plus d’être un SUV et aussi vendu comme un monospace. Et vous le comprendrez plus tard pour ce qui ne le savent pas encore. C’est un peu le Peugeot 5008 chez Mercedes-Benz en quelque sorte.

Sauf qu’ici, on a droit à la première classe avec la marque à l’étoile. Présenté en fintion AMG Line, il paraît à la fois massif sans perdre de son élégance. Les volumes sont judicieusement coordonnés. Son atout, une bonne bouille de baroudeur avec des lignes marquées comme en atteste le capot nervuré. On pourrait même le confondre avec un 4×4 de profil lorsqu’on voit ces passages de roues en plastique noir qui encadrent les élégantes jantes de 20 pouces. Et pour la sportivité, on peut dire merci aux deux sorties d’échappements intégrées au bouclier. L’ensemble est plutôt élégant.

Pour ceux qui suivent mes essais depuis un moment, vous ne serez pas dépaysés. A bord, on est bien en terre connue. Je retrouve la même présentation que mes derniers essais, à savoir la Classe A. J’aime toujours autant la dalle numérique qui se compose de deux parties, une pour le conducteur et l’autre pour l’info-divertissement MBUX. Seul l’écran de droite est tactile et suffisamment fluide pour le rendre intuitif. En même temps, le système utilisé est probablement l’un des meilleurs sur le marché actuel.

Avec l’AMG Line, le GLB est équipé du plus haut niveau de finition. On a ainsi droit à des placages en aluminium mais aussi en carbone. Les sièges en cuir et Alcantara apportent assurément de la sportivité à cet habitacle tout comme le volant badgé AMG.

Mais le point le plus important de ce GLB se trouve à l’arrière. En effet, on y trouve deux places supplémentaires. Grâce à une banquette fractionnable 60/40 et coulissante sur 14 cm, on accède étroitement aux places arrières. Rassurez-vous, une personne de taille moyenne pourra s’y glisser après quelques contorsions. Mais ne nous le cachons pas, les enfants prendront un malin plaisir à s’y rendre.

Côté coffre, Mercedes-Benz annonce 500 litres en configuration 5 places et seulement 130 litres en 7 places. En revanche, on passe à 1680 litres une fois tous les sièges rabattus. C’est un peu moins bien que la concurrence mais on ne lui en voudra pas!

Mercedes-Benz GLB AMG Line - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

L’appellation 220d signifie que l’on trouve un moteur 4 cylindres 2.0 turbo diesel sous le capot. Au programme, on dispose de 190 ch et 400 Nm de couple.

Puissance

190

ch

Couple

400

Nm

0 à 100 km/h

7,6

secondes

Avec 1735 kg, il réalise tout de même le 0 à 100 km/h en 7,6 secondes. Heureusement pour lui, il est aidé de la boîte double embrayage à rapports 8G-DCT. Mais que donne ce GLB sur la route ?

Mercedes-Benz GLB AMG Line - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Le bloc diesel de 190 ch semble être le plus adapté de la gamme sans même avoir essayé les autres motorisations disponibles. Il est souple et vigoureux. Et malgré une masse assez importante, il offre des performances correctes comme en atteste les chiffres un peu plus haut. La boîte automatique est toujours agréable par sa douceur et se révèle réactive lorsqu’on hausse le rythme. Je n’ai presque jamais eu à changer de mode durant mes différents parcours pour me sortir d’une situation compliquée par exemple. Ce GLB est un véritable couteau-suisse !

En revanche, j’aurai toujours du mal à me faire à cette suspension adaptative. Elle remplit parfaitement sa tâche en ville grâce à un grand confort d’amortissement. Mais sur route plus rapide, elle fait preuve d’une trop grande souplesse au point d’accentuer les mouvements de caisses lors des passages en courbe. C’est alors que le mode Sport a son importance et son rôle à jouer. Il raffermit la suspension sans pour autant rendre le GLB inconfortable. Pour aller plus loin, je m’étais même paramétré mes réglages personnels grâce au mode Individual. De ce fait, j’avais la suspension en mode sport sans pour autant avoir la même chose pour la boîte de vitesses.

Mercedes-Benz GLB AMG Line - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Je n’ai pas tenté le diable mais sachez que le GLB peut s’aventurer sur les chemins grâce à sa transmission 4Matic. Et malgré sa masse, il se révèle plutôt sobre avec une consommation ne dépassant pas les 7 l/100 km.

La douceur de conduite est remarquable mais j’aurai aimé que l’insonorisation soit mieux maîtrisé. Sans pour autant monter dans les tours, le bloc diesel se fait entendre. Je n’étais pas habitué à ce genre de remarques venant d’une Mercedes-Benz hormis sur les versions sportives.

En définitif, ce GLB est un excellent compagnon de route. Il offre une présentation riche en équipements et un agrément de conduite plaisant. Et si cela ne vous suffit pas, son look baroudeur et atypique finira de vous convaincre. Seul bémol, il faudra débourser 64 000€ pour une configuration similaire. Mais a-t-il vraiment de la concurrence sur le marché du SUV 7 places premium ? Pas vraiment.

Merci à Mercedes-Benz France et plus particulièrement Grégory de m’avoir permis de découvrir ce nouveau GLB !