Lexus LS500h - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Dans l’univers des berlines de luxe, Lexus a su imposer son style futuriste tout en restant élégant avec son immense vaisseau amiral nommé LS.

Un mois à peine après mon essai de la très technologique Mercedes-Benz Classe S, je remets ma casquette de chauffeur pour vous conduire à bord de la nouvelle Lexus LS500h. Les deux se ressemblent et pourtant si différentes. En route !

A première vue, la Lexus LS paraît avoir les mêmes proportions que sa concurrente allemande et pourtant, elle mesure quasiment 10 cm de moins en longueur avec 5,23 m mais aussi 5 cm en largeur avec 1,90 m et 4 cm en hauteur avec 1,46 m. Je suis d’accord avec vous, ces proportions restent insolentes comparées à des berlines classiques.

Cette 5ème génération de LS propose un design audacieux et futuriste. Regardez moi cette impressionnante calandre trapézoïdale ! A l’inverse de BMW avec sa nouvelle moustache, cette calandre est bien plus élégante et met parfaitement en avant le côté tranchant des nouveaux projecteurs. Il n’y a pas à dire, le design chez Lexus ne fait que monter en gamme ces dernières années et ça fait plaisir à voir.

Pour le reste, on ne peut qu’être admiratif devant cette nouvelle teinte Gris Lune métallisé. Elle contraste parfaitement avec les énormes jantes de 20 pouces. Un peu comme chez Mercedes-Benz, je suis un peu moins fan de la partie arrière qui est un peu trop sage à mon goût. Mais je dois reconnaître que les différents inserts chromés sur la carrosserie lui apportent une touche de prestige et de raffinement.

A bord, la Lexus LS se démarque face à sa cousine germaine par un style plus japonais et discret. Oubliez le coloris criard de la Classe S pour la sobriété du cuir noir et les formes atypiques de la planche de bord ainsi que des contreportes. Même si le cuir s’étend un peu partout, on retrouve également du bois mais aussi de l’Alcantara pour sublimer ce salon privé.

Face au conducteur, on trouve un affichage rappelant celui de la LFA. On dispose également d’un écran central de 12,3 pouces entièrement tactile et intuitif. On peut également le piloter via le pad, que je n’ai pas n’est pas trouvé assez ergonomique. Il y a plusieurs éléments que j’adore dans cet habitacle à commencer par l’horloge à gauche de l’écran central, la molette permettant de choisir le mode de conduite et cette grille d’aération qui s’étend du centre jusqu’à la porte du passager où les contreportes semblent suspendus. Mais l’arrière est un tout autre monde…

Bienvenue dans ce “salon privé” roulant. Il faut être sacrément difficile pour ne pas apprécier un tel confort et luxe. Le terme “salon privé” est en adéquation avec l’expérience à vivre aux places arrières. Le passager arrière droit dispose de 22 positions de réglages pour son siège qui peut être soit chauffé soit ventilé. Il pourra également se faire masser en profitant de la climatisation individuelle tout en regardant un bon film. Chaque passager a un écran face à lui et la plupart des commandes se pilotent directement via la tablette intégrée dans l’accoudoir central. Si vous avez trop de lumière, vous pouvez relever l’ensemble des petits rideaux électriques. Vous ne voulez plus voir ni entendre votre chauffeur et bien, vous… Ah bah non, il faudra vous contenter de le supporter et vous laisser conduire où bon vous semble.

Lexus LS500h - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

En 2021, ne cherchez plus de motorisation 100% thermique ! Lexus l’a bannit au profit d’une unique motorisation hybride. Il s’agit d’un V6 3,5L atmosphérique de 299 ch associé à un moteur électrique de 179 ch. La puissance combinée s’élève ainsi à 359 ch avec 350 Nm de couple.

Puissance

359

ch

Couple

350

Nm

0 à 100 km/h

5,4/5,5

secondes

Même avec 2,3 tonnes de technologies embarquées, elle réalise le 0 à 100 km/h en 5,4 secondes en deux roues motrices et 5,5 secondes en quatre roues motrices. Impressionnant pour un tel gabarit !

Lexus LS500h - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Sur la route, cette sublime Lexus LS500h continue d’impressionner et déroule le grand jeu. Les kilomètres défilent sans la moindre contrainte. Un conseil : gardez toujours un œil sur le compteur ! Le mélodieux V6 a tendance à se faire oublier grâce à cette douce boîte à 10 rapports et les excès de vitesse vous pendent rapidement au nez.

C’est à la fois doux et brutal. Lorsqu’on sollicite cette LS lors de reprises, le V6 se fait entendre et on retrouve les petits coups de pieds aux fesses à l’ancienne. Il est vrai que ce n’est pas ce que l’on attend de cette berline de luxe. Un rythme de sénateur lui conviendra bien mieux. De plus, l’insonorisation est exemplaire et la consommation plus qu’acceptable avec un 9L/100km relevé.

Lexus LS500h - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Si je devais la comparer à sa principale concurrente qu’est la dernière Mercedes-Benz Classe S, je dirais qu’elle est un cran au dessus. Lexus s’affirme avec un design plus futuriste et clairement plus travaillé que la Classe S. L’intérieur est plus sobre et sera davantage apprécié pour les personnes importantes qui utiliseront ce type de véhicule je pense. En revanche, difficile pour moi de départager le système audio. Le Mark Levinson Reference Surround est nouveau pour moi et s’apparente au Bowers & Wilkins chez Volvo…

En conclusion, je dirais que la Lexus LS est le choix des puristes, des personnes raffinées et qui savent ce qu’ils achètent quitte à mettre une rallonge par rapport à ses concurrents. La LS500h regroupe à elle seule tout ce qui fait la beauté et la puissance de cette marque au travers de son design mais aussi de sa motorisation. Comptez tout de même un budget de 155 000€ pour vous offrir ce modèle présenté.

Un grand merci à Lexus et plus particulièrement à Jérémie sans qui cet essai n’aurait pas eu lieu !