Lexus LC 500h Sport + - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Cette semaine, je vous emmène à bord de l’un des plus beaux coupés au Monde : j’ai nommé la Lexus LC 500h Sport +.

Vous en connaissez beaucoup, vous, des voitures qui ressemblent à des concept-car ? Cette Lexus LC 500 en est le parfait exemple. Depuis son apparition en 2017, j’en ai vu trop peu. Et pourtant, elle a plus d’un argument pour vous convaincre. Alors en route pour la découverte de cette œuvre d’art !

Le terme “œuvre d’art” me semble le plus adapté pour décrire cette LC. Vous connaissez forcément mon attirance pour le design des modèles Lexus mais alors là, c’est l’apothéose. La comparaison au concept car n’est pas anodin puisqu’elle s’inspire directement de la LC-LF présentée en 2012. Et au final, peu d’éléments évoluent. Les avis divergent sur cette LC mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle continue de se démarquer par rapport au reste de la production automobile et ce, depuis 10 ans déjà !

A mes yeux, tout est réussi sur cette Lexus. Les lignes présentent des courbures mais aussi des arêtes vives. Le dessin est plutôt agressif à l’avant et s’assagit en allant vers l’arrière. Les optiques ont une signature lumineuse unique tout comme les feux et leur traitement 3D.

La garde au sol est plutôt haute mais facilite une utilisation quotidienne du véhicule. Cette impression est renforcée par les énormes jantes en 21 pouces. On remarque la présence d’éléments chromés qui apportent une certaine élégance. Une des plus belles parties sur cette Lexus est, selon moi, le toit qui paraît comme suspendu au-dessus de la voiture. Et cela doit être accentué avec un coloris plus clair.

L’intérieur est tout aussi bluffant que l’extérieur surtout dans ce coloris Marron Topaze. La planche de bord est agencée en escalier et procure à la fois le relief mais aussi une sensation d’espace. L’effet Waouh! est sans aucun doute la poignée flottante. C’est assez surprenant car d’autres éléments auraient pu être mis en avant mais non, la marque japonaise l’a souhaité ainsi.

J’aime beaucoup l’intégration d’un large écran dans le tableau de bord tout comme l’horloge que l’on retrouve sur tous les modèles de la marque. En revanche, j’aime moins le pavé tactile qui demande un certain doigté pour s’y habituer. Mais le clou du spectacle à bord de cette LC500 est sans conteste son compteur qui n’est pas sans rappeler celui de la LFA. J’en aurais presque honte de ne pas me déchausser en m’installant à bord…

Lexus LC 500h Sport + - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Sous tout ce plastique se cache un moteur V6 3,5L développant 299 ch. Mais pour répondre aux normes actuelles, il s’associe à deux moteurs électriques qui font office de générateur et développent 179 ch. Cela lui permet d’obtenir la vignette Crit’air 1 et de voir sa puissance cumulée portée à 359 ch et 349 Nm de couple à 4900 tr/min.

Puissance

359

ch

0 à 100 km/h

5,0

secondes

Poids

2055

kg

Comparée à la version V8, elle ne met finalement que 0,3 secondes de plus pour réaliser l’exercice du 0 à 100 km/h. Sa vitesse maximale plafonne à 250 km/h contre 270 km/h pour le V8. C’est plutôt remarquable pour un véhicule qui pèse plus de 2 tonnes !

Lexus LC 500h Sport + - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Ma découverte de cette Lexus LC500h s’est faite de nuit dans les rues désertes mais humides de Paris. Le terme “cruiser” prend tout son sens tellement cette japonaise est à l’aise. L’insonorisation est excellente et le son diffusé par le système audio Mark Levinson est incroyable. En même temps, il n’y a pas moins de 13 haut-parleurs dans l’habitacle.

Le plus surprenant, pour les passants comme pour vous, est le fait de se déplacer sans le moindre bruit et grâce à l’aide des moteurs électriques. Un régal pour une utilisation quotidienne qui vous ferait presque oublier la version V8 disponible.

Lexus LC 500h Sport + - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Pour comprendre cette Lexus, il faut savoir que la puissance est délivrée aux roues arrières par l’intermédiaire d’une transmission baptisée “Multi-Stage-Hybrid” qui combine la fameuse boîte CVT à variation continue avec une boîte automatique à 4 rapports. Grâce à cette boîte pseudo séquentielle à 10 rapports, l’effet de moulinage de la CVT est gommé. En revanche, il est presque imperceptible de sentir le passage des rapports en mode Drive. C’est un véritable régal à la conduite !

En conduite sportive, la sonorité du six cylindres est flatteuse. Les accélérations sont franches même si la gestion des rapports semblent un peu moins convaincante qu’en mode décontracté. Notons que cette version Sport + dispose des roues directrices. On gagne ainsi en agilité à basse vitesse et de stabilité dans les enchaînements rapides. Avec une telle aisance, on en oubliera presque qu’elle affiche plus de 2 tonnes sur la balance.

Lexus LC 500h Sport + - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Cette Lexus LC500h est avant tout une œuvre d’art pour moi (oui je me répète). Des années après sa sortie, elle n’a pas pris une ride et conserve ces allures de concept-car. La proposition sur le papier semble intéressante mais cette GT manque de sportivité (maudite CVT). Pourtant, elle séduit par son confort, sa technologie embarquée et sa tenue de route. Une sorte de “M’as-tu vu” politiquement correct qui ravira les amateurs de carrosseries saillantes aux intérieurs raffinés.

J’en oublierai presque de parler de son prix. Affichée à près de 125 000€, peu voire pas d’option sont disponibles. On retiendra également une consommation sous la barre des 8 L/100 km qui en fait l’une des plus économiques de sa catégorie. Il me tarde d’essayer la version V8…

Un grand merci à Lexus et plus particulièrement à Jérémie pour l’essai de ce concept-car !