Fiat 500 Hybrid - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Essai express Fiat 500 Hybrid

Fiat 500 Hybrid - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Fiat débute sa première étape vers l’électrification avec son best-seller: la 500. Appelée Hybrid, elle embarque une hybridation légère.

Fiat 500 Hybrid - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

On ne présente plus la Fiat 500. Treize ans que la success story dure et ce n’est pas prêt de s’arrêter. Pour cause, il s’est vendu 21 955 exemplaires en 2019. Jusqu’ici, elle a su résister au temps grâce à son dessin intemporel.

Sauf que l’année 2020 semble être un tournant pour le marché automobile. Avec les nouvelles réglementations en termes d’émissions polluantes, la marque italienne a du revoir sa copie et travailler sur ses motorisations. C’est pour cette raison que Fiat m’a convié à essayer cette nouvelle 500 Hybrid à Bologne le temps d’une journée.

Fiat 500 Hybrid - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

En effet, la Fiat 500 inaugure le nouveau moteur essence appelé Mild Hybrid. Il associe l’inédit FireFly 1 litre 3 cylindres à un moteur électrique BSG développant une puissance de 70 ch. L’ensemble est couplé à une boîte manuelle à 6 rapports. Alors hybridation ou micro-hybridation?

La réponse est un peu décevante vu qu’il ne s’agit que d’une micro-hybridation. Le moteur BSG n’est en réalité qu’un alterno-démarreur de 12V couplé à une batterie au lithium. Cette combinaison permet d’améliorer le rendement énergétique et ainsi réduire les émissions de C0² de 30% d’après la marque. Le moteur électrique est un soutien pour le moteur thermique. Je m’explique. Lors des phases de décélérations, il est capable d’arrêter ce dernier à des vitesses inférieures à 30 km/h. Pour cela, il indique au conducteur via le tableau de bord de passer au point mort. Il permet également d’augmenter le confort de conduite en redémarrant silencieusement et sans vibrations le moteur en mode Stop&Start.

Fiat 500 Hybrid - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Sur le papier, ça a l’air bien mais qu’en est-il sur la route? Forcément, mesurer les émissions polluantes n’est pas de mon ressort. Mais pour ce qui est de la consommation, j’en sors un peu déçu. Nous avons eu un parcours avec 80% de conduite en ville. La consommation a varié entre 7 et 8 litres. En revanche, sur les parties roulantes en sortie de ville, j’ai pu voir la consommation descendre en dessous des 5 litres. Mon essai ne reflète donc pas la réalité mais nous restons tout de même proche des 4,6 à 6,5 l/100 km annoncés par Fiat.

Et ce 3 cylindres? Je l’ai trouvé agréable. Forcément, il souffre des mêmes défauts que n’importe quel moteur 3 cylindres: sonorité, vibration et essoufflement. Pour moi, la sonorité n’est pas un réel défaut car il reste appréciable à l’oreille. Les vibrations sont contenues mais reste parasites. Quant à l’essoufflement, au-delà des 4000 tr/min, il n’y a plus personne. En même temps, ce n’est pas sur le terrain de la sportivité qu’on attend cette Fiat 500 Hybrid. Les 92 Nm de couple suffisent pour la ville à déplacer les 980 kg de l’italienne mais viennent à manquer sur les grandes routes. En revanche, la Fiat 500 conserve ses atouts avec un rayon de braquage idéal tout comme sa longueur, tout deux idéals pour la ville!

Fiat 500 Hybrid - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

La Fiat 500 Hybrid débarque avec une série limitée à 450 exemplaires appelée Launch Edition. Proposée à partir de 17 990€, elle arbore un nouveau coloris exclusif vert “Rugiada” qui est repris sur la planche de bord. Cette série est identifiable par son sigle “Hybrid” sur la malle arrière ainsi que le “H”, formé par deux gouttes de rosée, sur les montants latéraux.

A bord, Fiat confirme son engagement pour le développement durable avec une sellerie réalisée en fil Seaqual. C’est une première dans le secteur automobile puisque le tissage permet d’obtenir un matériau spécifique dérivé de plastique recyclé. Basée sur la finition Star, cette Fiat 500 Hybrid Launch Edition bénéficie d’un niveau d’équipement riche à savoir le limiteur/régulateur de vitesse, un écran Uconnect de 7 pouces associé aux systèmes Apple Car Play et Android Auto ainsi qu’un radar de recul, d’un volant Sport et j’en passe.

Fiat 500 Hybrid - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

L’essai de cette Fiat 500 Hybrid confirme qu’il ne s’agit pas d’une véritable hybride. Ce test ne reflète pas non plus la réalité vis-à-vis de la consommation mais offre déjà un bel agrément de conduite et de confort. Cette version est une sorte de transition vers le monde de l’électrique.

En effet, Fiat dévoilera lors du prochain Salon de Genève en mars prochain sa nouvelle 500 avec un moteur 100% électrique. Les motorisations thermiques resteront tout de même au catalogue le plus longtemps possible. En attendant, la Fiat 500 n’a pas pris une ride. Elle reste encore au goût du jour et a encore de beaux jours devant elle qu’elle fasse du bruit ou non.

Un grand merci à Fiat France et plus particulièrement Jean-François de m’avoir invité à cet essai international.

Fiat 500 Hybrid - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier
Fiat 500 Hybrid - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier
Fiat 500 Hybrid - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *