Honda Civic Type R FK8 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

En début d’année, Honda m’avait invité sur une opération internationale à Rome afin d’essayer la nouvelle Civic dans sa motorisation diesel. J’avais été agréablement surpris par sa polyvalence et son design atypique. Et déjà, son coloris était bleu. Sans doute un signe pour la suite de mes essais avec la marque nippone…

Quelques mois plus tard, je récidive avec le même coloris mais, cette fois-ci, quelques chevaux ont été rajoutés. Le mois de mai permet, en plus des belles journées, d’avoir de grands week-ends. Idéal pour un essai complet de cette Civic Type R FK8 ! Mais sera-t-elle à la hauteur ou même meilleure face à ses concurrentes telles que la VW Golf GTI Clubsport, Ford Focus RS, Renault Mégane RS, Seat Leon Cupra ou encore Mercedes A45 AMG ?

Excusez mon langage mais cette nouvelle Civic Type R a sacrément de la gueule. Honda nous a habitué au style décalé de ses Civic version R avec la précédente génération, la FK2. Les ingénieurs se sont clairement lâchés sur le style, à commencer par l’avant. J’avais déjà été emballé avec la version de base mais avec cette livrée « Bleu Sport Brillant Métallisé », son imposante lame avant avec liseré rouge et ce regard puissant et agressif : pas étonnant qu’on ne passe pas inaperçu dans les rues de Paris!

Cette face avant, acérée, donne l’impression de pouvoir fendre l’air et la route tel le sabre d’un samouraï. Bon ok j’arrête là ! Le capot nervuré en aluminium est affublé d’une prise d’air. Cela permet de gagner plus de 5 kg sur la balance.

Cette version, plus longue de 13 cm (4,56 m), garde quasiment les mêmes proportions vis-à-vis de la largeur (1,88 m) et de sa hauteur (1,43 m). Pourtant, elle parait bien plus large. Cela est sans doute dû à ses hanches galbées, ses extracteurs d’air de chaque côté ou encore à sa lame qui court tout du long.

Cette nouvelle Civic Type R FK8 est désormais montée en 20 pouces (contre 19 pouces pour l’ancienne génération). Petite remarque concernant les pneumatiques, il s’agit de celles développés en partenariat avec Continental afin de réaliser le record sur la célèbre boucle nord du Nurburgring. Rien que ça ! Le noir des jantes fait très bien ressortir le rouge des étriers de freins Brembo qui ne sont pas là pour faire de la figuration.

Pour l’arrière, ça se complique un peu. Je n’arrive pas à me décider sur mon ressenti. Ma première impression a été « Waouh, ça dépote ! » mais ensuite j’ai trouvé ça un peu trop chargé. Les « trompettes de la mort », comme je les appelle, en imposent. Mais c’est sans compter sur cet immense aileron qui semble interminable ou encore les générateurs de Vortex (Google est votre ami) en bout de toit. Pas évident de donner son avis.

En tout cas, de ¾ avant, j’aime bien son style décalé. Et vu le nombre de personnes qui se sont retournées ou de conducteurs que j’ai pu croiser avec le regard insistant, je peux vous garantir que vous ne passerez pas inaperçus. Si vous souhaitiez être discret, passez votre chemin !

L’intérieur offre une présentation futuriste et racée. Depuis l’extérieur, on remarque immédiatement les deux sièges baquets qui offrent un maintien parfait ainsi qu’un excellent confort. La position de conduite, idéale, ainsi que le coloris rouge et noir de la sellerie permettent de se mettre rapidement dans l’ambiance sportive que dégage cette Civic.

Le volant est ergonomique mais le peu de commandes qui le garnissent ne sont pas des plus intuitives au premier abord. Les compteurs sont disposés de telle sorte que le compte tour se retrouve au centre de votre attention et surtout de votre regard. L’esprit compétition est mis en avant par le coloris rouge des indicateurs que ce soit en mode « Sport » ou « +R » (modes que j’expliquerai un peu plus tard).

La console centrale est épurée et plutôt bien dessinée. A part les commandes pour la climatisation, on retrouve tout sur ce large écran tactile qui est plutôt intuitif. Je dois reconnaître ne pas y avoir porté trop d’attention, à part pour retrouver les informations concernant la consommation. L’un des innombrables atouts de cette Civic est son levier de vitesse qui tombe très bien sous la main grâce à son petit pommeau.

La finition de l’habitable est exemplaire et on s’y sent tout de suite très bien. Son habitabilité est exceptionnelle. L’espace à bord à l’avant est généreux. Pour les deux places à l’arrière, et je dis bien deux car il n’y a pas de place prévue pour accueillir un troisième passager, il ne faut pas oublier que l’espace aux jambes est réduit à cause des sièges baquets mais cela reste suffisant. Identique à la version de base, les rangements sont nombreux et on en trouve un jusque sous la console centrale. Les ports USB (ainsi qu’un port HDMI) sont disponibles un peu partout dans l’habitacle.

Quant à la visibilité arrière, elle est plutôt correcte quand on connaît la taille de l’aileron. De plus, l’absence de place arrière au milieu favorise la visibilité. Je n’ai malheureusement pas pensé à prendre de photos du coffre mais je peux vous dire qu’il est immense pour sa catégorie. Avec 420 litres, vous pourrez facilement partir en vacances avec votre famille à proximité du Paul Ricard par exemple. Et en rabattant la banquette arrière, vous pouvez obtenir jusqu’à 1209 litres !

Honda Civic Type R FK8 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Le cœur de cette nouvelle Civic Type R abrite le célèbre « VTEC » 2.0L quatre cylindres et son turbo. Comparé à la version FK2, il développe désormais 10ch de plus et porte sa puissance à 320 ch à 6500 tr/min. Le couple maximale de 400 Nm est, quant à lui, disponible entre 2500 et 4500 tr/min.

Puissance

320

ch

Couple

400

Nm

0 à 100 km/h

5,7

secondes

Qui dit « sportive » dit boîte mécanique à 6 rapports et les 320 canassons sont toujours distribués, exclusivement, sur le train avant. Mais qu’en est-il sur route ?

Honda Civic Type R FK8 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Bouclage de la ceinture rouge, pied sur l’embrayage et appui sur le bouton « Start Engine ». Mince, où sont passées les trompettes de la mort? Étonnamment, leur sonorité se fait plutôt discrète.

Trois modes de conduite sont disponibles sur ce modèle. Le mode « Comfort » permet à la direction et à la suspension de s’adoucir. De plus, le dosage de la pédale d’accélération se fait plus facilement. Les différentes aides à la conduite, telles que le régulateur adaptatif ou encore le maintien dans la voie, en fait un véhicule facile d’utilisation pour la vie de tous les jours. Ensuite, le mode « Sport » est celui défini par défaut à chaque démarrage et c’est un excellent compromis entre les deux autres. On a à la fois la sportivité et le confort dans une voiture idéale pour la vie de tous les jours. L’asphalte m’appelle alors je passe en mode « +R ». Le tableau de bord s’orne de rouge et le pédalier devient plus sensible. On sent tout de suite que cette Type R a changé de personnalité.

Honda Civic Type R FK8 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Sans déconnecter l’ESP, cette Civic devient un véritable karting. Les sensations sont bien là ! La direction est ultra précise et le ressenti dans le volant est correct. Le train avant se place à la perfection. En courbe, la Civic vire à plat et ne prend quasiment pas de roulis. Il faut dire que les pneumatiques Continental font le travail en termes de grip et je comprends mieux l’établissement du record au Nurburgring. La boîte de vitesses est redoutable d’efficacité grâce à des rapports courts, une maniabilité optimale et un verrouillage franc. La motricité est remarquable si on n’accélère pas comme un bœuf dès le départ. Le moteur donne tout ce qu’il a à bas régime et ne s’essouffle qu’une fois le rupteur atteint.

Honda Civic Type R FK8 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Quatre choses m’ont interpellé pendant mon essai. La première concerne le freinage. Le véhicule est polyvalent, il n’y a pas photo. Vous pourrez l’utiliser au quotidien, pour faire de longs trajets ou encore pour aller faire du circuit. Malheureusement, le côté sportif me semble dégradé par le manque de mordant au freinage. Après plusieurs gros freinages, on se rend compte que la pédale s’allonge et le mordant diminue. Je ne sais pas si les plaquettes étaient neuves ou non mais cela veut dire que pour une utilisation dynamique ou sur circuit, il est fortement conseillé de revoir la partie plaquette et liquide de frein.

La deuxième chose est un bon point, pour ma part en tout cas. En mode « Sport » ou « +R », il s’agit de l’activation du talon-pointe automatique. Pour être franc avec vous, je n’ai jamais réussi à maîtriser cette technique et je dois avouer que c’est un plus pour ce type de voiture. Cela permet de se concentrer encore plus sur sa conduite, sa trajectoire et tout le reste. En revanche, pour la consommation, je ne suis pas certain que ce soit l’idéal.

Honda Civic Type R FK8 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Le troisième point concerne la consommation. Mon dernier essai au volant de la Volvo V60 Polestar m’avait laissé un gout amer quant à la quantité du SP98 qu’elle était capable d’avaler, même en ayant le pied léger. Avec 40 ch de moins et à peine 1400 kg à vide, cette Civic Type R m’a épaté ! Sur un trajet normal, ma consommation se situait aux alentours des 8 L/100 en relançant énergiquement à chaque sortie de rond-point, et c’est peu dire le nombre de rond-point qu’il y a pour rentrer sur Paris. En conduite dynamique, on la voit augmenter jusqu’à 14-15 litres en moyenne mais je trouve ça surprenant et très correct pour ce type de sportive. Malheureusement, le réservoir de 46 litres semble bien juste pour avaler les kilomètres.

Honda Civic Type R FK8 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Et enfin la quatrième et dernière chose porte sur le prix du véhicule. Sachez que le prix d’entrée s’élève à seulement 39 880€ ! Je trouve très honnêtement et cela en fait un véhicule très abordable au vu de ses performances, de son équipement et de son look. Pour ma part, j’aurai opté pour ce même coloris (+600€) qui lui va si bien. J’aurai rajouté le pack extérieur complet en carbone pour 4280€. Et si vous ne voulez pas du tout, c’est-à-dire aileron, coque de rétroviseurs et diffuseur, vous pouvez les choisir séparément. Le tout pour 45k€ ! Impressionnant.

Honda Civic Type R FK8 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Comment voulez-vous ne pas tomber amoureux d’une telle voiture ? Elle a tout pour plaire une fois que vous vous serez acclimaté à son look décalé. Cette Civic est à la fois polyvalente grâce aux multiples rangements et l’espace à bord, mais aussi performante avec ses 320 ch. Vous pourrez emmener vos enfants à l’école en toute sécurité avant d’aller vous faire plaisir sur routes sinueuses. Sa consommation est des plus abordables malgré le faible réservoir. La sonorité aurait pu être mieux travaillée mais cela permet de garder une certaine touche de discrétion.

Cette Honda Civic Type R est sans doute le meilleur rapport prix/performance du moment dans la catégorie des sportives à traction avant. J’attends tout de même de pouvoir la comparer à d’autres sportives telles que la Mégane RS ou encore la Hyundai i30N. Mais elle, elle n’a pas le temps d’attendre avec son record établi en 7 minutes et 43 secondes sur le Nurburgring soit 7 secondes de mieux que la précédente génération. C’est quasiment 6 secondes de mieux que la VW Golf GTI Clubsport !

Honda Civic Type R FK8 - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Et à l’heure où j’écris ces mots, un communiqué vient de tomber annonçant qu’elle avait également établi un temps record dans sa catégorie sur le circuit de Nevers Magny Cours en 2 minutes et presque 2 secondes. Le « Type R Challenge » a bel et bien débuté pour Honda et continuera de se dérouler sur la plupart des circuits européens avec l’aide de certains pilotes renommés tel que l’ex-pilote de Formule 1, Jenson Button.

Un grand merci à Honda et plus particulièrement à Maman Honda pour la mise à disposition de cette Honda Civic Type R. J’ai pris un immense plaisir à essayer et découvrir cette sportive. Merci également à la disponibilité et la gentillesse du personnel du parc presse!