Dacia Duster - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Après 7 ans de carrière et 2 millions d’exemplaires vendus, il est temps pour moi d’essayer le Dacia Duster alimenté au GPL.

Oui oui, vous avez bien lu les chiffres juste au dessus. Le Duster est un véritable succès commercial dans le Monde. Et pour le faire monter en gamme, la marque a décidé de demander à ses clients ce qu’ils souhaitaient voir améliorer sur cette seconde génération.

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils l’ont fait muer en douceur. En même temps, pourquoi renouveler autant ce SUV qui cartonne autant ? Ça ne vous rappelle pas la Clio V …

Dacia est reparti de la même plateforme, facile de le reconnaître au premier coup d’œil. Son profil est similaire et ses proportions quasiment identiques. Il conserve la même largeur, hauteur et empattement. Seule sa longueur prend 26 mm.

La face avant évolue et gagne en muscle avec un capot creusé et plus haut. La calandre est plus large avec des phares désormais aux extrémités. Pour renforcer son style robuste et baroudeur, on note la présence d’un insert massif dans les ailes avant. Quant à l’arrière, il reçoit des feux carrés à la place des verticaux. Sans oublier, qu’il est monté sur de belles jantes de 17 pouces de série avec cette finition Prestige.

A l’intérieur, ce n’est pas la grande révolution. On retrouve un habitacle des plus low cost même si le niveau de qualité est monté d’un cran. Cependant, la planche de bord a été redessinée.

L’ensemble est rudimentaire mais vous en avez pour votre argent. L’écran central est simple mais tactile. Les commandes pour la climatisation ont été empruntées aux Renault Clio et Captur. Pas d’écran pour les compteurs mais on retrouve les traditionnels à aiguilles.

Pour le reste, l’espace à bord est plutôt généreux mais il manque cependant de confort. Le coffre est lui pénalisé par le réservoir de gaz de 40 litres. En effet, il est installé en lieu et place de la roue de secours. Le volume de chargement est ainsi réduit à 445 litres. Cela reste correct sans être pour autant extraordinaire.

Dacia Duster - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Soucieux de préserver toujours le pouvoir d’achat de sa clientèle, Dacia propose le GPL (Gaz de Pétrole Liquéfié) comme carburant. Son intérêt économique n’est plus à démontrer puisqu’à l’heure où je rédige cet article, le litre de GPL est à 0,864 € contre 1,282 € pour le SP95 (hors région parisienne bien évidemment).

Puissance

100

ch

Couple

170

Nm

0 à 100 km/h

13,8

secondes

Fini le bloc 4 cylindres 1,6 de 115 ch, place au moteur 3 cylindres 1.0 TCe de 100 ch et 170 Nm de couple. Résultat, le 0 à 100 km/h s’effectue en 13,8 s en utilisant le GPL contre 14,4 secondes pour le SP95.

Dacia Duster - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Oubliez tous mes précédents articles où je parlais de performances et de confort, ce ne sont clairement pas les points forts de ce Duster. En même temps, ce n’est pas ce pour quoi il a été conçu. Non, ces performances globales sont acceptables pour une utilisation quotidienne et paisible.

Forcément, si vous êtes chargés à bloc avec enfants et bagages, il faudra probablement jouer du levier de vitesse pour relancer la mécanique. Mais on remerciera rapidement cette boîte de vitesses pour soulager le volume sonore et la consommation en passant le 5ème rapport. Une 6ème n’aurait pas été de trop !

La direction est plutôt bonne même si elle manque de remontées d’informations. Le freinage offre du mordant pour stopper les 1252 kg de ce Duster. Quand à la suspension, elle manque de souplesse.

Dacia Duster - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Au démarrage, le moteur utilise par défaut le GPL si le réservoir est plein. Sur la route, la bicarburation ne se fait pas du tout sentir. Le moteur est souple à bas régime et offre plus de couple, 750 tours plus tôt grâce au GPL. Les différences entre les deux carburants se font à la pompe mais aussi à bord où on peut “switcher” grâce à la commande située à gauche du volant.

Pour la consommation, on dispose d’un réservoir de 50 litres pour le SP95 et 40 litres pour le GPL. Ce dernier est un peu plus gourmand mais son coût réduit compensera rapidement ce défaut. Tandis qu’avec le SP95, la consommation est plutôt gourmande pour un petit moteur car elle tourne autour des 8,5 l/100 km. Financièrement parlant, il reste avantageux car il échappe au malus et selon les régions, la carte grise est souvent gratuite.

Le GPL est dans la tendance mais s’avère contraignant avec ce double réservoir. En revanche, ce Duster de seconde génération conserve son avantage tarifaire puisqu’il débute à 12 490€, soit le même prix que la version essence équivalente. Avantage qui n’en est pas vraiment un puisqu’il n’a pas de concurrence directe. Aucun SUV familial n’affiche de tels tarifs!

Merci à Jérôme de Renault France de m’avoir permis d’essayer ce Dacia Duster !