Cupra Formentor - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Après des mois d’attente, j’ai l’honneur de vous présenter l’essai du premier modèle de la marque Cupra : le Formentor !

Pour rappel, Cupra était une appellation apparue en 1996 pour la division sportive du constructeur automobile espagnol, Seat. Aujourd’hui, l’appellation est devenue une marque à part entière et présente son tout premier modèle, un SUV portant le nom Formentor qui a pour origine un cap de Majorque aux Baléares. Prêt pour le voyage ?

Après mon essai du Cupra Ateca, le moins que l’on puisse dire c’est que le Formentor ne passe pas inaperçu ! Il en impose sous tous les angles et est vraiment à part de tout ce que l’on peut voir de nos jours. De l’avant, de profil ou encore de l’arrière, ses lignes sont très acérées voire même méchantes. Et il semblerait que les passants soient du même avis que moi d’autant plus que la marque semble peiner à se faire connaître.

L’aspect dynamique est renforcé par ses dimensions puisqu’il ne mesure que 4,45 m de long, 1,84 m de large et seulement 1,51 m de haut. C’est à peine 5,5 cm de plus que la Seat Leon. L’esthétique est joliment travaillé avec un pare-choc avant ajouré, un capot nervuré, d’énormes jantes de 19 pouces et un diffuseur arrière encadrant une quadruple sortie d’échappement.

Pour continuer à se démarquer, Cupra propose des coloris plutôt atypiques à savoir les Gris Magnétique et Bleu Pétrole. C’est d’ailleurs ce dernier qui habille ce Formentor. Et je dois dire qu’il s’associe plus que bien avec ces jantes Black Copper et leur coloris cuivré. Mais le dernier détail qui termine de me séduire est bel et bien le bandeau lumineux qui joint les deux feux arrières. J’adore !

Ce Formentor a beau être nouveau, on retrouve forcément l’identité de la marque espagnole. Sauf qu’ici, l’accent a été mis sur la sportivité avec des touches cuivrées un peu partout. On en retrouve sur le volant avec l’imposant logo ou encore l’encadrement des commandes mais aussi sur les grilles d’aérations et les surpiqûres.

Contrairement aux autres modèles sportifs sur le marché, les sièges baquets sont ici revêtus de cuir et de tissu plutôt que d’Alcantara. Une fois assis, on se retrouve face à un sublime volant habillé de cuir et disposant de deux commandes essentielles : le bouton de démarrage du moteur et le bouton Cupra pour sélectionner le mode de conduite allant de Confort à Cupra en passant par Sport et Individuel. Pour une meilleure expérience de conduite, je trouve cela très pratique d’avoir ce dernier bouton à portée de main.

Tandis que le Digital Cockpit fait toujours son petit effet “Waouh”, il donne la priorité à la conduite avec une vue spécifique du compte-tour et de la vitesse pour garder les yeux fixés sur la route. Cet effet se retrouve aussi à l’ouverture de la porte puisque le Formentor nous accueille avec une projection du logo Cupra sur le sol et le seuil illuminé. Joli !

Cupra Formentor - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Sous le capot nervuré, on trouve le bloc 2.0 TSI développant ici 310 ch et 400 Nm de couple. Malgré le gabarit imposant et grâce à la boîte DSG7, il réalise l’exercice du 0 à 100 km/h en 4,9 secondes et le 1000 mètres en seulement 24,5 secondes. C’est une demi-seconde de mieux que le Cupra Ateca pour vous dire …

Puissance

310

ch

Couple

400

Nm

0 à 100 km/h

4,9

secondes

Cupra Formentor - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Sur route, le bloc TSI impressionne toujours autant d’années en années. L’allonge est incroyable et semble inarrêtable jusqu’à temps d’atteindre le rupteur, un poil trop tôt à 6600 tr/min. Visuellement, il paraît plus lourd que l’Ateca et pourtant, il ne pèse que 30 kg de plus. Et ce n’est pas ses 10 ch supplémentaires qui font réellement la différence.

La boîte DSG7 est elle aussi toujours aussi impressionnante par son efficacité et sa rapidité. Le Formentor se dote ici d’un Launch Control lui permettant d’afficher des chiffres convaincants sur le 0 à 100 km/h. En revanche, la bande son est très décevante. Pour endiguer la perte de vocalises du 4 cylindres équipé du filtre à particules, la marque pensait bien faire avec un son artificiel envoyé sur la baie de pare-brise avec une sorte de résonateur. Mais il n’est pas concluant et me fait regretter d’activer le mode Cupra lorsque le terrain s’y prête. Espérons que Cupra propose en option une ligne Akrapovic !

Cupra Formentor - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Pour le reste, c’est quasiment un sans faute avec un châssis aux petits oignons. Le comportement est sain et offre un caractère joueur si on vient à le pousser un peu. Sur route sinueuse, le train arrière semble presque vouloir s’offrir quelques dérives au lever de pied. C’est amusant et facilement contrôlable qu’on se demande où est réellement la limite à ne pas franchir.

Et pour freiner les 1569 kg sur la balance, Cupra n’a rien trouvé de mieux que de proposer en option des gros freins Brembo. Pour avoir été obligé de taper sévèrement dedans à cause de cailloux coincés, je peux vous dire que mon cerveau n’était pas prêt.

Cupra Formentor - 4roueset1volant - © Arnaud Demasier

Avec une consommation plutôt élevée (9l/100km de moyenne) et un prix débutant à 44 670€, le Cupra Formentor a de beaux arguments à commencer par son look décalé et ses performances honorables. Il ne lui manque plus qu’une direction plus communicative et d’un système micro-hybride pour définitivement rentrer dans les rangs. Affaire à suivre …

Un grand merci à Cupra et plus particulièrement Océane pour le prêt de ce nouveau Cupra Formentor !