Audi Q8 S-Line - 4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Audi Q8 S-Line – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

Pour fêter mes deux ans d’activité en tant que blogger automobile, Audi m’a invité à l’un de mes plus beaux essais. Coïncidence ou non, il y a deux ans, c’était les premiers à m’inviter pour l’Audi Driving Expérience à Magny-Cours. Aujourd’hui, ce sera un essai beaucoup moins sportif mais tout aussi exceptionnel puisqu’il s’agit des premiers essais de la nouvelle Audi Q8. Pour l’occasion, la marque a mis les petits plats dans les grands et m’a invité sur l’un de ses terrains de jeux préférés: Megève et ses environs!

Il y a quelques mois de cela, Audi a dévoilé la version coupée de son Q7 : la Q8. En termes de design, la Q8 est ce que l’A7 Sportback est à l’Audi A6. Elle est la dernière à arriver sur le segment des SUV coupés après le précurseur BMW X6, Mercedes GLE Coupé ou encore Range Rover. Plus élégante et aux dimensions parfaites, elle ne laisse pas indifférente. La réaction des personnes que l’on croise est telle qu’au premier village traversé, un gamin semble rêver en voyant, pas une ni deux mais bien quatre Q8 qui se suivent dans des coloris différents. L’essai promet de susciter des décrochages de mâchoires et des torticolis pour ce 5ème SUV de la marque aux anneaux.

Audi Q8 S-Line - 4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Audi Q8 S-Line – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

Il faut dire que les ingénieurs et les designers ont fait des merveilles. Moins long (4.99 m), moins haut (1,77 m) qu’un Q7, elle est pourtant plus large (2 m) ce qui la rend plus trapue et agressive. La face avant n’est qu’une introduction aux futurs modèles de la marque. La calandre « Space Frame » octogonale est le nouveau visage de la gamme Q avec des entrées d’air proéminentes. Elle peut être de couleur grise, noire ou bien de la même couleur que la carrosserie. Les optiques Matrix à LED de neuf lames apportent encore plus d’agressivité avec leur design.

De profil, le rendu est sublime. Les lignes courant du toit « fast back » jusqu’aux optiques arrières, séparées par une bande noire, accentuent son allure sportive. Les passages de roues sont marqués et les ailes sont élargies. Les vitres sans encadrement apportent un côté futuriste au design global.

La Q8 est montée avec d’imposantes jantes en 22 pouces, en aluminium forgé avec 5 branches doubles, qui sont facturées 1540€. Ce ne sont pas les plus jolies au catalogue mais elles se marient plutôt bien avec l’élégance du véhicule. Lors de cet essai, 4 coloris étaient disponibles : Dragon Orange métallisé, Argent Fleuret, Blanc Glacier et Bleu Galaxie métallisé. J’ai d’ailleurs opté pour le dernier dont la couleur variait suivant l’orientation de la lumière.

L’intérieur reprend les codes des Audi A6, A7 et A8 et dispose de 3 écrans. Le premier est le Virtual Cockpit, écran numérique placé sous les yeux du conducteur. Ce système, déjà découvert dans l’Audi A5 cabriolet essayée précédemment, est remarquable par la largeur de son écran qui intègre une navigation connectée à Google Maps. Le second écran, tactile haptique, sert à commander tout le système multimédia. Tandis que le dernier écran, situé sur la partie basse de la console centrale, permet de commander la climatisation et les sièges. Il sert également de clavier pour programmer, par exemple, une destination. Les systèmes peuvent paraître complexes à utiliser et peu intuitif au début, mais une fois les explications données par Philippe, cela semble frôler la perfection. Par exemple, vous pouvez paramétrer pour chaque utilisateur son mode de conduite, son ambiance lumineuse, ses aides à la conduite ou encore sa position de conduite. Au démarrage du Q8, une boîte de dialogue vous demandera l’utilisateur que vous êtes. Bluffant et efficace plutôt que perdre son temps à régler un à un les différents éléments.

La vie à bord y est agréable avec une assise réglable à souhait. En mode Dynamic, cela manque un peu de maintien mais ce n’est pas ce que l’on attend de ce Q8. L’espace à bord est généreux. Cette carrosserie coupée ne permet pas de proposer 7 places mais dispose de 5 vraies places. Vous disposerez tout de même d’un coffre profond disposant d’une capacité de chargement de 605 litres à 1755 litres une fois la banquette arrière rabbatue. Le système audio Bang & Olufsen, facturé 6350€, est parfaitement intégré à l’habitacle et les hauts-parleurs ressortent de la planche de bord à chaque démarrage du véhicule. De manière générale, c’est un véritable salon roulant à bord duquel on passera un agréable moment.

Audi Q8 S-Line - 4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Audi Q8 S-Line – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

Puissance

286

ch

Couple

600

Nm

0 à 100

6.3

secondes

Côté moteur, Audi propose une seule motorisation pour son lancement : le V6 3.0L TDi de 286 ch. Appelé désormais 50 TDi (nouvelle appellation de la marque), ce bloc développe 600 Nm de couple et sera sans doute le plus puissant en version diesel. Malgré un poids annoncé de 2 145 kg, le 0 à 100 km/h est annoncé en 6,3 secondes grâce à son couple important et son association à la boîte Tiptronic à 8 rapports. La boîte fait le travail mais j’ai préféré utiliser les discrètes palettes au volant une fois le rythme augmenté et le mode Dynamic engagé.

Audi Q8 S-Line - 4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Audi Q8 S-Line – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

Les différents parcours proposés m’auront permis d’essayer la plupart des modes. Les trajets sur autoroutes ou routes rapides seront effectués en mode « Confort » ou «  Efficient » pour opter pour une conduite souple. Le mode « Dynamic » permet d’abaisser de 40 mm la caisse. La direction ainsi que le pédalier sont plus réactifs. Il se révèle plus agile dans les enchaînements grâce aux quatre roues motrices et directrices ainsi qu’avec la suspension pneumatique. On semble enrouler littéralement chaque virage et cela rassure. Les différentes technologies embarquées finiront de vous rassurer surtout sur les toutes petites routes empruntées lors de notre essai.

Le dernier mode, « Offroad », remonte la caisse de 50 mm et vous permettra d’aller crapahuter dans n’importe quel chemin de montagne. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’Audi nous a amené à Megève puisque nous avons eu le droit de grimper sur des pistes de ski ou encore de traverser des passages à guet. En plus de cette facilité à s’adapter à n’importe quel terrain, un système de sécurité permettra à l’Audi Q8 de freiner toute seule quand la piste devient trop pentue. En bref, elle est principalement destinée aux grandes routes mais reste polyvalent sur tout autre terrain. Elle est également équipée du système Mild Hybrid 48V qui permet d’économiser quelques centilitres de carburant en coupant le moteur lorsque la situation le permet.

Audi Q8 S-Line - 4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Audi Q8 S-Line – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

L’Audi Q8 se distingue de ses concurrents en agrémentant le concept du SUV Coupé par son design qui attire et embarque le meilleur des technologies de la marque pour les aides à la conduite et la sécurité de ses occupants. Coûteux, comptez 125k€ pour la Q8 essayée, elle saura faire tourner les têtes et se démarquera de la concurrence. Il faudra cependant attendre encore un peu avant de voir apparaître d’autres motorisations comme le 45 TDI de 231 ch ou encore le 55 TFSI développant 340 ch. Mais moi, ce que j’attends par-dessus tout, ce sont les versions sportives SQ8 et RSQ8. Alors croisons les doigts pour qu’elles puissent voir le jour !

Un grand merci à Audi France et plus particulièrement à Sabrina et Florian pour leur invitation et l’agréable moment passé. Mention spéciale à Philippe pour sa disponibilité et ses explications.