Alfa Romeo 4C - 4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Alfa Romeo 4C – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

Il y a des moments dans la vie où on aimerait pouvoir arrêter le temps et contempler ce que le constructeur italien, Alfa Romeo, sait faire de mieux. Je parle bien évidemment de la 4C. Vous savez ce genre de jouet avec lequel on joue lorsqu’on est petit et que l’on rêverait d’avoir une fois plus grand. Signe du destin ou pur hasard, mon neveu l’avait en miniature et s’est prêté au jeu de la photo avant que je l’emmène faire un tour. On était comme deux gamins (lui en est vraiment un), le sourire jusqu’aux oreilles, lui tenant sa miniature dans ses mains et moi au volant de cette belle italienne! Mais pourquoi cette Alfa Romeo 4C procure-t-elle autant de sensations?

La ligne de cette beauté automobile parle d’elle-même! Alfa Romeo excelle depuis des années à faire de ses voitures ce qu’il y a de plus élégant en y alliant la sportivité. Vous en avez la preuve sous vos yeux avec cette 4C Edizione Speciale. Pourquoi cette édition? La marque souhaitait rendre hommage à la mythique 33 Stradale de 1967. Elle a rendu sa supercar encore plus exclusive en y ajoutant principalement du carbone. On en retrouve sur les coques de rétroviseurs (+940€), à l’entrée d’air sur l’aile gauche (Kit Track Air Intake, +1440€) et le béquet rajouté à l’arrière sur la malle (+690€). L’intérieur reçoit également quelques pièces de carbone, que ce soit sur la console centrale, le tableau de bord, l’entourage du combiné d’instrumentation ou encore celui des ouïes d’aération. Le carbone est omniprésent et agréable à regarder!

Alfa Romeo 4C - 4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Alfa Romeo 4C – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

Inutile de débattre sur le coloris, le Rouge Alfa est ce qui lui va le mieux. D’ailleurs, toutes les Alfa devraient être rouge car “le rouge, ça va plus vite”! Non, sans rire, ce coloris s’associe parfaitement aux éléments en carbone et à ses jantes en alliage de 18 pouces à l’avant et 19 pouces à l’arrière. Petit plus : même les étriers ont la même couleur que la carrosserie (+ 325 €). Tout est très bien proportionné avec cette calandre plongeante qui ne demande qu’à foncer, ses optiques semblables à celle de 33 Stradale et ses ailes élargies qui lui donnent tout d’une grande.

Alfa Romeo 4C - 4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Alfa Romeo 4C – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

Pour être honnête, la vue 3/4 avant est la plus jolie, l’arrière n’a pas à rougir. Cependant, je reste indécis quant à l’arrière avec ses feux et ses deux sorties d’échappement de part et d’autre du diffuseur. Mais finalement, cette Edizione Speciale apporte ce petit quelque chose qui manquait avec ce béquet en carbone. De série, Alfa Romeo nous offre un échappement central à double sortie de marque Akrapovic. Ce système d’échappement en titane se pare d’un contour en carbone et propose un système Dual Mode à clapet actif offrant une sonorité différente selon le mode de conduite sélectionné. J’adore!

Oubliez le coffre à l’avant pour partir en vacances, il faudra vous contenter d’un minuscule compartiment où une simple valise de cabine s’y loge pour ne partir qu’un week-end. Le tout sera tenu au chaud puisque juste derrière se trouve le 4 cylindres. La solution reste de convaincre Madame d’avoir des sacs à ses pieds … ou bien de partir seul !

Alfa Romeo 4C - 4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Alfa Romeo 4C – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

La première chose qui saute aux yeux lorsqu’on ouvre la porte, c’est tout ce carbone. Et pour cause, la structure de la monocoque en est composée et ne pèse que 65 kg! Pour ce type de voiture, inutile d’embarquer un énorme bloc de moteur de plus de 4 cylindres et développant des centaines de chevaux. Les ingénieurs se sont lancés le défi d’avoir un rapport poids-puissance inférieur à 4kg/ch. Et ils l’ont fait! L’ensemble ne pèse que 895 kg pour 240 ch. Impressionnant!

A part le carbone, qu’avons-nous à bord? Le minimum! Les sièges ne sont réglables qu’en profondeur. Il n’y a pas de système de navigation. L’unique “rangement” est le porte-gobelet situé entre les deux sièges. Et le système Hifi de marque Alpine est un autoradio qui nous renvoie aux années 90. La voiture et l’homme qui la conduit ne font qu’un. Aucun équipement superflu n’a été ajouté pour le distraire.

La première difficulté consiste à s’insérer (le terme est correctement choisi) derrière le volant. Heureusement, ce dernier a été dessiné avec un méplat permettant de passer les jambes plus facilement. Une fois installé, on se rend compte qu’on ne fera pas des milliers de kilomètres d’affilé à cause de la raideur du siège. Mais je dois reconnaître qu’il est très bien dessiné et le cuir noir-tabac est du plus bel effet! Les contres-portes reçoivent elles aussi du cuir (+ 865 €). Le pédalier et les reposes-pieds conducteur sont en aluminium pour renforcer le caractère sportif de l’intérieur. La combinaison du cuir tabac, du carbone et de l’aluminium est tout simplement la meilleure des configurations.

En revanche, la visibilité est réduite puisque les rétroviseurs reflètent les ailes élargies et la petite custode entre les deux sièges donne sur le compartiment moteur. Autant vous dire que lorsque vous manœuvrez, vous serez bien contents d’entendre le bip-bip des capteurs. Et sans direction assistée, inutile d’aller à la salle de sport, la 4C s’occupe de vous!

Puissance

240

ch

Poids

895

kg

0 à 100 km/h

4.5

secondes

Les premiers tours de roues en ont dit long sur cette voiture! Tout mon corps a rapidement ressenti la raideur des suspensions. Ce n’est pas compliqué, c’est un bout de bois ni plus ni moins. Assis au ras du sol, on a l’impression que les poids-lourds ne vont faire qu’une bouchée de nous. Les dos d’âne sont devenus les obstacles d’un parcours de franchissement. Mais quel bonheur! Je ne parle pas de celui de se faire maltraiter par une voiture à chaque imperfection de la route mais de celui de rouler à bord d’une voiture qui a tout d’une supercar sans avoir de cheval cabré ou de taureau féroce sur la calandre. Je n’avais pas ressenti de telles sensations de vitesse et de liberté depuis que j’avais roulé en karting. Le plaisir est simple puisqu’on dispose d’un “simple” 4 cylindres de 240 ch et 350 Nm couplé à la boîte Alfa TCT à 6 rapports avec double embrayage. Est-ce suffisant me demanderez-vous? La réponse est : OUI ! Au début, je me posais cette question puis force est de constater qu’il faut bien savoir la dompter avant de vouloir en rajouter. Le 0 à 100 km/h est expédié en 4,5 secondes et chaque coup de palette au volant vous faire bondir encore un peu plus vers l’avant. Le turbo souffle tout ce qu’il peut et la ligne Akrapovic crache ses poumons. Une chose est sûre, on ne vous remarque pas que pour le coloris ou l’élégance de la voiture. Vous attirerez les regards autant qu’une Bugatti Chiron c’est bientôt aussi rare d’en voir rouler. La preuve, lors de l’événement Exclusive Drive, c’était la seule présente (une Chiron était également présente)!

Alfa Romeo 4C - 4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Alfa Romeo 4C – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

C’est bien beau les lignes droites mais on sait tous que passé la 3ème ou la 4ème, ça s’essouffle et on s’ennuie. Heureusement, les virages existent! Attention cependant à rester vigilant au moment de choper les freins. Je trouvais charmant le pédalier et je le comparais à celui d’une voiture de course, je ne m’étais pas du tout trompé. Il en est aussi dur! Ce n’est qu’une question d’habitude et de musculation de la jambe droite mais ça a l’avantage de freiner fort. Oubliez votre téléphone ou quelconque action qui vous fasse retirer vos mains du volant, cette 4C vous oblige à les garder constamment à 10h10, que ce soit à l’accélération mais aussi et surtout au freinage. L’arrière a tendance à se dandiner et rapidement vouloir passer devant. Les premiers virages se font à la cool le temps de s’habituer à l’engin puis tout doucement on prend de l’assurance. Le turbo souffle de 2500 à 6500 tr/min avant que le rupteur ne vienne apaiser la mécanique. La voiture est rivée au sol, ne prend aucun roulis et on en oublierait presque que c’est une propulsion. Les enchaînements de virages ne lui font pas peur et elle ne demande que ça. En fait, c’est le gars derrière le volant qui ne suit pas. Cette 4C demande d’être 100% attentif et ne pardonne aucune erreur. La moindre bosse sur la route avec une seule main pour la tenir vous fait déporter dangereusement d’un côté ou de l’autre. Est-elle vraiment adaptée à la route? Pas vraiment. Mais quel plaisir! Ça vous donne la banane à chaque fois que vous en prenez le volant et vous rend triste dès que vous ne la voyez plus depuis 5 minutes.

Alfa Romeo 4C - 4roueset1volant - © Arnaud DEMASIER
Alfa Romeo 4C – 4roueset1volant – © Arnaud DEMASIER

L’Alfa Romeo 4C est belle et bien unique. Comparable à aucun autre modèle, le charme à l’italienne opère dès que l’on pose les yeux sur sa carrosserie. En tomber amoureux est presque inévitable. Pourtant, après 1000 kms parcourus, j’ai encore les oreilles qui bourdonnent, les bras aussi gros que mes cuisses et le dos en compote. A se demander si l’homme n’est pas friand de maltraitance dès qu’il conduit. J’en aurais presque oublié de vous parler de la consommation et du prix donc j’ai été étonnamment surpris. Moins de 9L/100 km et moins de 76k€ (dont 3500€ de malus écologique) à l’arrivée! Qui dit mieux?

Un grand merci à Jean-François pour la mise à disposition de la 4C et de m’avoir permis de réaliser un rêve de plus. Merci également au personnel du parc presse pour leur disponibilité et leur gentillesse!